Archives de catégorie : Société

Sous cette rubrique vous trouverez tous les billets dénonçant la situation actuelle et proposant éventuellement des solutions.
C’est un spectre très large, qui va bien au-delà du contrôle fiscal. Ceux qui ont vécu un contrôle fiscal comprendront l’intérêt de cette rubrique.
Une fois passée la violence du choc, la mort économique et sociale qui suit, si le contrôlé est encore en vie, s’il n’a pas commis sous la pression l’irréparable, il ne souhaite qu’une chose : que plus jamais personne ne puisse subir une telle violence, aveugle et mensongère.
C’est alors qu’il éprouve le besoin de témoigner, mais aussi de tenter de reconstruire, en faisant part de ses émotions et de son expérience.
Il s’agit donc d’une rubrique vaste, ouverte, susceptible de faire avancer les choses pour plus de justice, plus d’égalité et plus d’humanité dans la participation à l’impôt.

L’inconfortable situation de la magistrature

Les magistrats sont pris entre deux obligations qui peuvent devenir contradictoires : la loi et leur intime conviction.

La loi est loin d’être parfaite. Elle est la résultante de l’opinion publique, de son interprétation par les hommes de l’Etat qui font la loi, des croyances et des habitudes. Evidemment aussi des intérêts de ceux qui sont au pouvoir.

Les imperfections de la loi peuvent prendre une telle ampleur que le serment des magistrats se trouve alors immoral. Ce fut le cas lorsque, en vertu de l’acte constitutionnel n°9 du 14 Août 1941, tous les magistrats de France, sauf Paul Didier, prêtèrent serment au Maréchal Pétain : « Je jure fidélité à la personne du chef de l’État. Je jure et promets de bien et honnêtement remplir mes fonctions, de garder religieusement le secret des délibérations et de me conduire en tout comme un digne et loyal magistrat. »

Leur intime conviction. Elle est faite de leur sensibilité, de leurs croyances personnelles, de l’analyse sociologique que permet leur situation stratégique, de leur humanité, de leur sens de l’ordre et de la tolérance, en un mot de leur intelligence.

C’est cette intime conviction qui a amené certains magistrats à résister aux lois de Vichy après avoir prêté serment, alors qu’au bout était la mort comme pour René Parodi.

Revenons sur terre, pour l’instant nous sommes près de l’absolu qui ne concerne que les minorités.

Plus prosaïquement, la grande majorité des magistrats ne se pose pas ces questions existentielles. Ils tentent simplement d’endiguer l’afflux des procédures générées par les presque cent mille avocats que compte notre pays, ils échappent rarement aux croyances qui polluent leur raisonnement, ils personnalisent leur jugement en fonction de la servilité ou de l’arrogance qu’ils pensent détecter chez le justiciable, en fait ils ne sont pas au niveau de la fonction.

S’ils l’étaient, la profession d’abord puis le corps social tout entier leur accorderaient-ils leur confiance ? Rien n’est moins sûr.

Face à tant de problématiques, le corps des magistrats revendique le privilège de ne pas être jugé lui-même, de l’impunité. Tout est dit.

Alors que faire ? Les chances de tomber sur le magistrat possédant toutes les qualités requises pour juger étant minimes, le mieux est de ne jamais aller devant un tribunal chercher la justice.

J’admets que je suis le contre-exemple de mes constats et de la théorie qui en découle, eh oui… c’est un peu contrariant, mais c’est ainsi.

Alors ? Doit-on se soumettre à des lois liberticides et suicidaires pour nous, mais aussi pour le pays tout entier ? Ou doit-on affronter l’humiliation suprême de la confirmation par le juge des ignominies dont nous sommes l’objet ?

Je parle évidemment tout particulièrement du délire législatif de la fiscalité, de son interprétation vicieuse par les inspecteurs fiscaux animés par le seul moteur du pillage alimenté par le carburant de l’opinion publique, puisque les politiques ont fait de cette opinion publique une masse d’assistés égalitaristes ne pouvant pas vivre autrement que par le vol d’autrui.

La réponse est non, nous ne devons pas nous soumettre.

Parce que ce n’est pas simplement chacun de nous que l’égalitarisme et sa folie fiscale mettent en danger, c’est toute notre société, notre avenir et celui de nos enfants qui sont aujourd’hui gravement exposés.

L’acte de résistance judiciaire est donc incontournable, il est le seul possible. Même si les chances de croiser un magistrat exceptionnel sont minimes acceptons l’idée qu’elles existent.

Bien à vous. H. Dumas

Elon Musk n’est pas content !

Le fantasque dirigeant de Tesla n’est pas content.

Il a prévu d’installer une gigafactory, c’est à dire une usine de fabrication de batteries pour voitures électriques en Allemagne.

Très exactement dans la région de Berlin, en fait, dans le Land de Brandebourg, l’un des Länder les plus pauvres d’Allemagne et qui faisait partie, avant 1989, de la RDA !

Et il ne comprend pas !

Les allemands semblent mettre quelques difficultés à régulariser son permis de construire ; ce qui ne l’a d’ailleurs même pas empêché de commencer les travaux de construction !

Ce faisant, E Musk a commis 4 erreurs :

-fort de son succès (relatif puisque ses bénéfices, très faibles, résultent de la vente de crédits carbone qu’il revend aux autres constructeurs dont FCA et VW) dans les voitures électriques E Musk, lui qui peut faire bouger les cours de bourse sur un simple tweet (voir l’affaire Gamestop ou même le Bitcoin),  se prend en fait pour un gourou, un messie, voire même pour Dieu lui-même et il pensait que l’Allemagne allait lui ouvrir les bras ; lui le conquérant de l’impossible, le novateur dans la voiture mais aussi dans les fusées ! Sa tendance à traiter par-dessus la jambe les autorités allemandes n’est donc pas nécessairement bien vu sur place !

-il a négligé le fait que l’Allemagne a déjà une industrie automobile et elle est déjà au plein emploi ; ce qui veut dire qu’elle n’en n’est pas à faire un pont d’or et à dérouler le tapis rouge pour une entreprise qui, in fine, va concurrencer ses propres constructeurs et notamment le très puissant groupe VW-Audi-Porsche qui est en train de réaliser, à marche forcée, sa mutation vers la voiture électrique !

-l’Allemagne étant un pays fédéral, il doit donc composer avec les autorités locales ; les autorités de Berlin n’étant pas compétentes. En outre, il semblerait qu’il ait quelque peu sous-estimé les contraintes écologiques car ses usines de fabrication de batteries sont tout … sauf écologiques !

-enfin, il a prévu qu’il n’y aurait pas de syndicat dans son usine ; ce qui heurte quelque peu les sentiments des allemands qui sont très attachés à ces structures avec l’incontournable IG-Metall numéro 1 en Allemagne !

En fait, si E Musk  avait voulu être traité comme un prince, être vénéré comme un sauveur, c’est en France qu’il fallait qu’il installe sa gigafactory.

Nous sommes tellement en manque d’emplois, industriels notamment, que nous aurions été prêts à toutes les bassesses, à toutes les compromissions pour qu’il installe son usine ici !

Et Bruno Le Maire, notre super ministre de l’économie et des plans de relance à répétition financés par la dette, serait venu plastronner à la télé pour vanter les mérites de l’action gouvernementale en faveur de l’emploi ; surtout que E Macron, qui veut absolument se représenter en 2022, en a bien besoin en ce moment.

Il est même probable que nous n’aurions pas hésité à mettre la main à la poche pour faciliter son installation !

Bon, évidemment, c’est après qu’E Musk aurait eu à faire connaissance avec la redoutable administration française …

Bien cordialement à tous !

La junte fiscale de Bercy s’acharne sur notre blog

Il y a quarante huit heures notre nouvel hébergeur suisse nous a donné une heure pour censurer notre blog ou il le fermait. Pourtant ce suisse basait sa publicité sur le thème suivant :

” La Suisse est réputée pour ses lois et réglementations strictes en matière de confidentialité et de protection des données qui empêchent tout tiers, y compris les autorités, d’accéder aux données d’un fournisseur d’hébergement Web, à moins qu’une demande formelle ne soit déposée par un procureur, qui enquête sur un client en particulier. Au niveau fédéral, la collecte et l’utilisation des données personnelles sont régies par la loi fédérale sur la protection des données. En outre, chaque canton de Suisse a mis en place une loi cantonale sur la protection des données. Il n’y a pratiquement aucun autre pays au monde avec un niveau équivalent de protection de la vie privée au niveau politique.”

On notera que cet hébergeur, qui n’aura été le nôtre que quelques jours, qui ne nous remboursera pas sa facture, a été contacté par l’avocat Maître Renaud LE GUNEHEC, attaché à la SCP NORMAND & ASSOCIES, avocats au barreau de PARIS, sous la forme d’une simple menace par courrier, parfaitement illégale.

L’hébergeur ne nous a pas transmis ce courrier de LE GUNEHEC, mais nous avons compris qu’il mettait en avant le jugement obtenu par lui devant le TJ de Paris contre OVH, qui ne nous est pas opposable, pas plus qu’à l’hébergeur suisse.!!!

Je rappelle que ce jugement tend à contourner la loi sur la presse pour obtenir la suppression de billets aux recours prescrits.

Depuis dix ans, aux ordres de la junte fiscale de Paris, LE GUNEHEC use son énergie et perçoit des honoraires payés sur les fonds publics dans le but exclusif de fermer notre blog “Temoignagefiscal”.!!! Hallucinant….

Nous avons déménagé illico. Mais tout cela mérite réflexion.

Que reproche la junte fiscale de Bercy à notre blog ?

Nous porterions atteinte à l’honneur et à la vie privé de certains membres de cette junte. Ce qui justifierait que tout ce qui se fait de mieux comme flic du net, magistrat et autre outil coercitif de notre beau pays s’acharne sur ordre à détruire notre blog.

Remettons un peu les pendules à l’heure.

C’est un peu fort de café de se voir accuser d’atteinte à l’honneur et à la vie privée par des gens qui fouillent la nôtre vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qui pulvérisent notre honneur en nous accusant de fraude fiscale, qui se servent de cette fausse accusation pour dissimuler leurs folles dépenses, leur incapacité à gérer le pays que nous leur avons confié, qui achètent des voix avec l’argent qu’ils nous pillent, que nous gagnons en prenant peine et risques alors qu’eux sont planqués et ne foutent rien.

Entre nous, tout cela est inacceptable, scandaleux, semblable au pire des systèmes réprouvés par l’histoire.

Que dire de l’hébergeur ?

Que dire de tous ces acteurs économiques du net qui doivent leur fortune à la soif de liberté de leurs clients, qui les vendent au méchant loup du pouvoir à la moindre alerte, sans résister, en les abandonnant au premier haussement de voix du pouvoir auxquels ils sont asservis, alors que leur notoriété vient de la liberté à laquelle leurs clients croient accéder chez eux.

Plus largement

La démocratie a deux piliers, qui sont : la propriété privée et la liberté d’expression.

Sans eux la démocratie ne peut pas exister. Ces deux piliers sont battus en brèche par la junte fiscale de Bercy, elle n’a de cesse de les diminuer, voire de les réduire à néant.

Pour elle tout est bon pour atteindre ce but, la croyance égalitariste, son outil philosophique, est entièrement consacrée à cela.

La junte fiscale de Bercy vise le pouvoir absolu, même un grain de sable tel que notre blog lui est insupportable, elle ira jusqu’au bout pour le détruire.

Nous, nous résisterons jusqu’au bout, rien sauf la disparition ne nous fera taire, ni dans la dénonciation des dérives démocratiques, humaines, des tortures fiscales, des génocides économiques et humains, ni dans la dénonciation de ceux qui acceptent, voire trouvent du plaisir à exécuter les ordres qui vont dans ce sens.

Nous défendons la liberté d’expression, pour de vrai, la propriété privée, la démocratie, nous avons la conscience tranquille, nous ferons la démonstration de notre mesure.

Car, il ne faut pas l’oublier, la réalité est pire que ce que nous pouvons décrire.

Bien à vous. H. Dumas

Ambiance nauséabonde

Qu’arrive-t-il à ce pays ?

La délation devient un sport national, au plus haut niveau. C’est grave.

La critique accompagnée de l’accusation est une nécessité en démocratie, mais la délation est insupportable. Il ne faut pas les confondre.

La critique vise à débusquer les incohérences inévitables de la loi ou l’utilisation malsaine de celle-ci, les détournements de finalité.

La délation au contraire suppose une absence totale d’esprit critique et une jouissance perverse à dénoncer ceux qui justement font preuve d’esprit critique dans leur raisonnement ou dans leur action.

Plus la loi est stupide, plus la critique est impuissante, plus la délation va viser ceux qui tentent quand même de pratiquer l’impossible critique.

L’image pour nous de la délation est le “collabo” qui, adhérant aux lois stupides de Vichy, dénonce ceux qui les contestent ou les enfreignent.

COVID

Nul ne peut nier que les lois pondues à cadence accélérée par nos hommes de l’Etat concernant COVID sont dénuées de sens, incohérentes, supplées heureusement par le bon sens des Français et la grande majorité de leurs forces de l’ordre.

Les ordres et contre-ordres qui se succèdent, accompagnés de courbes et camemberts volontairement trompeurs, n’ont ni queue ni tête.

Le bilan qui se dessine sera à la hauteur de ces errements, nous allons être les plus nuls, les plus mauvais résultats mondiaux face à COVID.

Dans ces conditions, la délation qui s’exerce à grande échelle dans la presse officielle et sur quelques réseaux sociaux est insupportable. Elle fait peur. Elle rappelle que malheureusement beaucoup de français aiment la délation, s’en délectent. La délation fait partie d’une frange trop importante de nos politiques et de leurs affidés .

Comment les Français peuvent-ils se laisser aller à tant de bassesse, comment peuvent-ils ainsi abdiquer toute raison ?

Toujours l’égalitarisme.

Il y a d’abord l’idée d’échapper à ses responsabilités, y compris pour sa propre santé, ce qui est un comble.

Donc d’autres auraient la charge de la santé de chacun, organisés par l’Etat cette abstraction derrière laquelle se cachent les tricheurs, les hommes de l’Etat.

Evidemment chacun serait égal, sinon face à la maladie au moins face aux soins. Oui, mais : est-ce être égal, équitable, de recevoir les mêmes soins pour son foie malade si l’on est sobre que si l’on est un alcoolique notoire ? Complication.

Donc on va faire, comme si… mais le mal est là, il va falloir mentir.

Le mensonge, pour se dissimuler, va générer la dénonciation. C’est son camouflage. Autour de l’utopie d’une égalité de santé pour tous la couverture mensongère n’aura pas de limite.

Elle englobera l’idée de la gratuité, de la compétence supérieure, de l’altruisme abondant, pour dissimuler le coût exorbitant, le progrès en berne, l’égoïsme exacerbé par la combine et le favoritisme.

Sur ce terreau, la délation va exploser. Sur ce, COVID arrive et sa cohorte de décisions stupides, inapplicables. Quel territoire idéal pour la délation.

C’est ainsi que nos feuilles de chou se répandent en dénonciations toutes plus minables les unes que les autres.

Que nous importe ces jeunes qui ne risquent rien et font la fête, ces familles qui partent respirer sans masque à la plage ou à la montagne, ces bourgeois ou ouvriers qui se réunissent pour partager un repas, un moment d’amitié, de convivialité.

Chacun doit prendre ses risques, chacun doit en assumer les conséquences. L’égalitarisme qui prétend dépasser ces règles simples, non seulement échoue lamentablement, mais il nous colle cette maladie collective mortelle : la délation.

L’ignominie arrive au galop, le risque qu’elle s’installe officiellement est très grand aujourd’hui, la délation en est le signe avant-coureur.

L’ignominie c’est l’égalitarisme absolu, l’écrasement de l’être humain au profit de l’Etat, pour l’Etat, par l’Etat, c’est le fascisme. La France va mal.

Bien à vous. H. Dumas

Et vous ? Vous vous êtes vacciné ?

Difficile aujourd’hui d’envisager une conversation qui ne comprenne cette question (si tant est que ce n’est pas ainsi qu’elle ait commencé) :

– Et vous ? Vous vous êtes vacciné ?

Avec ce résultat parfaitement prévisible, si vous répondez non : passer pour un parfait crétin.

Pourquoi tout le monde veut-il ainsi sa et ses doses de vaccin, le plus tôt possible ? Pour « retrouver la vie d’avant ! ».

Quand tout le monde sera vacciné, retour à la vie d’avant pour tous, ou en tout cas pour les vaccinés. Promis, certain, juré ?

N’essayez pas de dire que ce n’est pas si sûr. Que d’aucun mauvais plaisant a souligné :

  • « une efficacité partielle des vaccins, »
  • « une efficacité particulièrement contingente du fait de l’apparition de nouveaux variants. »

Et ajouté les arguments suivants :

  • « Les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. »
  • « Le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu. »

Arguments de complotistes, me dites-vous ? Si vous voulez. Enfin non. Puisque l’auteur de ces affirmations, mot à mot retranscrites, est un certain… Olivier Veran, soi-même, qui répondait à une consultation du Conseil d’État !

Conclusion : le retour à une vie « normale », pas pour demain…

Bon, nombreux vont me dire que je ne leur apprends rien, et qu’ils avaient déjà noté cette information.

Mais, petite curiosité, après les arguments ci-dessus, un vaccin, quelle utilité ?

Paris, un jour de pluie et d’avril 2021

Sources :

https://www.europe1.fr/sante/un-octogenaire-demande-au-conseil-detat-a-etre-deconfine-apres-avoir-ete-vaccine-4034911

https://www.dossierfamilial.com/actualites/vie-pratique/covid-19-les-personnes-vaccinees-peuvent-elles-recouvrir-leur-liberte-de-deplacement-880224