Archives par mot-clé : éthique

Libéralisme versus capitalisme de connivence

Libéralisme versus capitalisme de connivence

Beaucoup de Français croient que ce que nous impose le gouvernement avec la vaccination contre le coronavirus est de l’ultralibéralisme, dont l’objet est d’enrichir « BigPharma ».

La vérité oblige à dire que cette politique a peut-être pour but d’enrichir « big pharma »  mais n’est en rien ultralibérale, ni libérale.

La vérité pour éclairer

Le confinement détruit les Droits Naturels individuels universels. Il ne fait pas partie, par principe, des solutions pour une prise en charge d’une épidémie.

La COVID est très peu mortelle. Il existe des solutions synergiques pour la prévenir et pour la traiter . Les traitements ambulatoires, efficaces et sans danger,mais non reconnus en France, concurrencent le vaccin et limitent son intérêt.

Le vaccin concerne donc très peu de gens (les populations à risque).

Le virus varie tout le temps et recombine sans cesse. Il fait partie d’une gigantesque famille que les vétérinaires connaissent bien parce qu’il existe un immense réservoir animal. Animaux pour lesquels il n’a jamais été découvert de vaccin probant.

Le vaccin a des effets secondaires délétères, dont le risque d’apparition d’anticorps facilitants (qui aggravent la maladie chez les personnes vaccinées)

À partir de là personne ne va se bousculer pour trouver un vaccin. Alors vaccin anti COVID fin de partie ?

Dans un pays libre le délire vaccinal que nous impose l’État n’aurait jamais pu avoir lieu. Nous ne sommes pas dans un pays libéral. L’État intervient.

 

Mentir pour manipuler :

Le gouvernement a confisqué la gestion de la maladie. Il n’a retenu que deux solutions, le confinement et la vaccination. Il lui a fallu pour que la population se soumette :

Présenter la maladie comme très grave avec la litanie des morts tous les soirs, puis la litanie des « cas » et la litanie de l’engorgement des services de réanimation.

L’aggraver : interdire de soigner précocement les malades avec des traitements efficaces officiellement dénigrés, décourager les malades d’aller consulter leur médecin. Ne pas anticiper les besoins en masques, soluté hydralcoolique, vêtements de protection. Laisser perdurer la pénurie de lits de médecine, de réanimation et continuer à fermer des lits. Priver les gens de leur liberté, mélanger des gens malades et des gens sains : confinement, couvre-feu, assignations à résidence. Donner des consignes ubuesques, contradictoires, incohérentes.

Le résultat est une crise, improprement appelée sanitaire, qui dure. Grâce à quoi, la population désormais effrayée et déboussolée est mûre pour le confinement et le vaccin. Cela « quoi qu’il en coûte » au point de vue financier et humain. Plus les restrictions sont longues plus le désir de vivre et d’en sortir est fort, plus la prévention vis à vis du vaccin diminue, plus les gens le réclament.

Le capitalisme de connivence

C’est la peur

Une fois les populations effrayées et les êtres humains chosifiés, il est facile au nom d’une prétendue urgence de :

Dépenser des fonds publics par wagons (40 milliards),

Confondre vitesse et précipitation. Faire très (trop) vite. Simplifier pour les raccourcir les périodes d’essais cliniques (rolling review), délivrer des AMM conditionnelles. Elles prévoient que « les laboratoires concernés transmettent des données complémentaires à l’AEM selon un calendrier précis, afin de confirmer le rapport bénéfices/risques estimé initialement. » Le début de la vaccination devenant, de fait, une période de poursuite des essais cliniques Selon l’analyste israëlienne Tehilla Shwartz Altshuler, « la campagne de vaccination est jusqu’à présent “la plus grande expérimentation sur des humains au XXXe siècle”.

Limiter la responsabilité des laboratoires

Minimiser les effets secondaires, y compris les décès et les accidents graves, passés par pertes et profits à l’aulne d’une balance bénéfice risque collective, ce qui n’a aucun sens.

Offrir une clientèle captive de plusieurs milliards de personnes à piquer régulièrement, soit une clientèle infinie. Personnes dont l’immense majorité n’a aucune indication vaccinale ( en particulier enfants et jeunes adultes) donc un risque vaccinal largement supérieur au bénéfice éventuel.

Créer un « pass sanitaire » rendant le vaccin obligatoire dans les faits, et permettant le flicage numérique et le maintient ad vitam æternam des mesures coercitives totalitaires .

Dans cette configuration, pour les labos, c’est le jackpot. Les sommes en jeu sont colossales. Il leur a été plus facile de gagner beaucoup d’argent, à peu de risque, grâce à des accointances avec l’État, que d’affronter dans un système de liberté économique, les difficultés de cette vaccination et les risques encourus pour un résultat incertain. C’est cela le capitalisme de connivence.

Le Libéralisme :

C’est la confiance

Dans le capitalisme vrai ce n’est pas vaccin fin de partie non plus, mais les choses sont différentes. :

Il y a d’abord ne pas nuire : respecter la personne humaine, la laisser décider de sa vie. Sélectionner des solutions efficaces moins dangereuses que la maladie. Considérer la balance bénéfices risque de manière individuelle. Si toutes les innovations sont envisageables, préférer des technologies sûres, éprouvées est logique. Le repositionnement de molécules anciennes constitue aussi une innovation.

La vitesse et la réactivité ne sont pas confondues avec la précipitation. Hâte toi lentement.

L’État, concentré sur ses fonctions régaliennes, laisse toute liberté aux différents acteurs. Il ne fausse pas les échanges avec de l’argent public. Il laisse les professionnels prendre en charge les épidémies comme ils se doit. L’État soucieux de sa population assume sa fonction régalienne de sécurité. Il délivre une ATU pour des thérapeutiques éprouvées et fiables.

Les laboratoires lèvent des fonds auprès de leurs actionnaires ou ailleurs. Les laboratoires, y compris leurs dirigeants, prennent leurs risques et sont personnellement responsables. Si une technologie vaccinale nécessite une logistique, lourde, complexe, donc fragile et onéreuse les investisseurs pèsent les avantages et les inconvénients.

Le libéralisme est intrinsèquement juste et cohérent parce qu’il respecte les Droits Naturels individuels, « Personnalité, Liberté, Propriété, — voilà l’homme » La Loi (1850). Parce qu’il est juste, il est efficace.

L’éthique doit prédominer.

L’Autorité Centrale et le socialisme collectivistes ne sont pas éthiques et ne peuvent l’être parce que reposant sur la « spoliation légale »  et l’irresponsabilité.

Dans un système libre les deux solutions imposées comme seules et uniques aux populations, à savoir le confinement et la vaccination de masse, seraient restées ce quelles auraient toujours du être : un délire jamais appliqué.

La fin ne justifie pas les moyens. Pas besoin de contraindre les gens, ni de leur mentir pour les effrayer afin de les faire obéir à des consignes totalitaires, absurdes et contradictoires.  Quand les explications sont claires, que les solutions sont rationnelles et cohérentes, que l’on fait appel au libre choix et à la responsabilité personnelle, les gens adhèrent et le bon sens prévaut.

Les Hommes échangent des services. Ils cherchent à rendre le meilleur service à leurs semblables pour en tirer un profit. Profit dû à leur seul mérite. L’échange libre et le respect de la propriété privée (Il n’est possible d’échanger que ce qui vous appartient) sont indispensables. Les motivations à rendre service sont multiples et très personnelles, pas forcément matérielles. L’honneur d’avoir aidé son prochain, l’image de marque de l’entreprise flattent l’ego. Ce sont des moteurs non négligeables. Au point de vue matériel, un gain important récompense un service important, un risque important impose un prix important. La prise de risque, le prix trop élevé, la responsabilité personnelle, la concurrence, le respect des gens sont les freins à l’avidité. Tout cela est profondément éthique.

Une technologie moderne au service d’une invention peu utile, qui rend un petit service, ne modifie pas le service rendu qui reste faible. Par exemple l’utilisation de l’ARMm ne rend pas le vaccin plus utile, n’exonère pas des indications, contre-indications, effets secondaires et balance bénéfice risque individuelle.

Il n’est pas correct de considérer le Libéralisme uniquement du point de vue de son efficacité. Il n’y a rien à gagner à mettre en place efficacement une action immorale. La performance opérationnelle du privé ne doit pas être mises au service d’une mauvaise cause. Elle rend plus performante l’application d’une mauvaise solution, ce qui en aggrave la nocivité.

 

La Liberté pour s’en sortir

C’est une erreur de croire que des fonds publics alloués à la recherche permettraient de vaincre « Big Pharma ». Il y a des crédits publics pour tout ce qui va dans le sens de la doxa officielle : le vaccin qui sauvera le monde de la terrible COVID, le réchauffement climatique entropique, le décolonialisme etc… Les fonds publics ont inondé « Big pharma » pour la recherche et la mise au point de ces vaccins. C’est même à cause de l’implication de la puissance publique que la réification des gens, la gabegie, le mal investissement ont pu avoir lieu.

Ce n’est pas parce qu’il est dans le secteur public que Didier Raoult résiste. L’État lui a cherché des noises mais c’est un trop gros morceau pour la nomenklatura. Christian Peronne, lui aussi dans le secteur public, est passé à la trappe.

Dans cette histoire de vaccin contre la COVID, il y a peu de chances que la situation actuelle soit advenue dans une société libre ou chacun exerce son libre arbitre, prend ses responsabilité, engage ses ressources et assume ses actes.

L’être humain n’est pas que chair. Sa santé ne se limite pas à son état physique et encore moins à être indemne de la COVID.

Parce qu’il est éthique et cohérent, parce qu’il considère l’être humain dans sa globalité physique et spirituelle, le libéralisme est porteur d’espoir pour notre société paumée.

“Laisser faire » l’être humain pour parvenir à la richesse des nations

Le Weekend de l’espoir

« Considérations sur la nature et les causes de la richesse des nations » était le thème du 9ème Weekend de la Liberté organisé par le Cercle Frédéric Bastiat. L’affluence y a été très nombreuse et la présence de nombreux étudiants bien appréciée. Ils ont apporté un supplément de dynamisme à cette manifestation bien ancrée dans le paysage libéral français.
Les conférenciers, de grands talents, se sont succédé tout au long du congrès : Olivier Babeau, Jean Marc Daniel, le Général Jacques Favin Levêque, Vincent Ginocchio, Guido Hülsmann, H16, Yorick de Mombynes, Virginie Pradel, Corentin de Salles, Patrick Smets. Ils ont abordé les sujets les plus variés ayant un lien avec la richesse des nations.

Il est possible de regrouper ces sujets autour autour de trois grands thèmes :
Les innovations. Innover caractérise le génie créateur de l’être humain. Ont été détaillées les cryptomonnaies, transhumanisme, l’internet.
L’économie. Les grands classiques au libéralisme ont été traités : la fiscalité légère, la liberté économique, l’État minimum, la concurrence, la sécurité qui protège les Droits Naturels individuels.
La culture et l’éthique. Culture au sens de « l’ensemble des aspects intellectuels, artistiques et des idéologies d’une civilisation ou d’un groupe particulier. »

Il est nécessaire de s’arrêter un instant sur ce dernier item. Le Cercle Frédéric Bastiat est une association culturelle. Il est important de bien assimiler que le le libéralisme ne se limite pas à l’économie. La culture de respect des Droits naturels individuels (Liberté, Propriété, Personnalité), et l’éthique, font partie de ses fondamentaux. Il ne peut y avoir de libéralisme s’ils sont foulés aux pieds. C’est pourquoi le libéralisme est complètement différent du socialisme. Le libéralisme ne vole personne, ne porte tort à personne, il est juste et moral. C’est grâce à cela qu’il est performant et efficace. Le socialisme vole tout le monde et, au bout du compte, porte tort à tout le monde. « C’est ce qui est arrivé. La chimère du jour est d’enrichir toutes les classes aux dépens les unes des autres; c’est de généraliser la Spoliation sous prétexte de l’organiser. Or, la spoliation légale peut s’exercer d’une multitude infinie de manières; de là une multitude infinie de plans d’organisation: tarifs, protection, primes, subventions, encouragements, impôt progressif, instruction gratuite, Droit au travail, Droit au profit, Droit au salaire, Droit à l’assistance, Droit aux instruments de travail, gratuité du crédit, etc. Et c’est l’ensemble de tous ces plans, en ce qu’ils ont de commun, la spoliation légale, qui prend le nom de Socialisme. » Frédéric Bastiat La Loi (1850) Cette spoliation à beau être légale le socialisme est injuste et immoral, parce que ce n’est pas la loi qui fait la justice, ni la moralité. C’est à cause de cela qu’il échoue toujours.

La France est épuisée par une « crise » qui n’en finit pas, désespérée par l’incurie des politiciens en charge du pays depuis des dizaines d’années. À force d’en souffrir, beaucoup de Français réalisent enfin que le système n’est pas le modèle que les hommes de l’État leur vendent. Ils aspirent à un véritable changement.

L’élection d’Emmanuel Macron a suscité une immense attente. Aujourd’hui c’est la désillusion. Les prétendues réformes, qu’elles concernent l’éducation, la fiscalité, le code du travail, la santé, les retraites, la SNCF etc. ne sont, à la lumière de Frédéric Bastiat, que des changements de paramètres, des modifications de réglementation. La situation du pays est mauvaise. La dette publique officielle de la France dépasse les 2400 milliards d’euros, (montant aussitôt prononcé, aussitôt dépassé), aucun budget n’a été équilibré depuis 1974. La pénurie existe partout : pénurie de travail, plus de 6 millions de chômeurs toutes catégories confondues, pénurie de logements, pénurie de soins médicaux, (déserts médicaux, files et délais d’attente), insécurité grandissante etc..

Le Grand duc est nu mais « en même temps » il s’agite beaucoup. Impuissant à sortir la France de la pente fatale où lui et ses prédécesseurs l’ont précipitée, il tente de détourner les Français de leurs préoccupations en jouant le moralisateur à l’ONU. Il se pose en sauveur du monde alors qu’ « en même temps » il est incapable de sauver notre pays.

Les gouvernements successifs ont toujours menti en affirmant qu’il n’y avait pas de solution autre que l’étatisme pour protéger les Français et« en même temps » les conduire à la prospérité. C’est pourquoi il était important de se se pencher sur les causes de la richesse et de la prospérité des nations.

Cela peut être résumé simplement.

Pour qu’il y ait prospérité il faut qu’il y ait le respect des droits naturels individuels : Liberté, Propriété, Personnalité. Ce qui veut dire respecter le libre échange, qui est le libre usage de sa propriété. Il est la première cause de la richesse des individus. Toutes les autres en découlent. L’Homme est créateur. « La même somme d’efforts humains, c’est-à-dire les mêmes services, la même valeur réalise une somme d’utilité toujours plus grande. (…) Le lecteur voit bien maintenant ce qui constitue la vraie puissance de l’échange.(…) C’est tout simplement que, lorsqu’un homme dit à un autre: « Ne fait que ceci, je ne ferai que cela, et nous partagerons, » il y a meilleur emploi du travail, des facultés, des agents naturels, des capitaux, et, par conséquent, il y a plus à partager. » Harmonies économiques, Échange (1850). C’est le libre échange qui crée l’harmonie entre les Hommes. Ce sont les individus qui agissent. Les individus libres, et prospères font la richesse des nations. Des individus embrigadés, formatés, collectivisés ne peuvent créer aucune richesse et la communauté entière s’appauvrit. Quant à l’État il ne crée rien non plus. « En effet, l’État, ne l’oublions jamais, n’a pas de ressources qui lui soient propres. Il n’a rien, il ne possède rien qu’il ne le prenne aux travailleurs » Propriété et loi (1848). Regarder l’évolution de l’humanité permet de constater qu’aucune innovation utile à l’être humain n’est due à un politicien. Par contre leur imagination coercitive, destructrice est sans bornes : l’imagination fiscale, l’imagination réglementaire, l’imagination carcérale avec les camps de travail, de concentration, d’extermination. La liste n’est pas exhaustive.

Dans les faits c’est le libéralisme qui depuis le XIXème siècle a sorti des centaines de millions de personnes de la misère, a entraîné l’abondance matérielle, les loisirs et une meilleure santé pour les individus. Au début du XXème siècle le protectionnisme et l’étatisme nous ont conduits à l’extension de la pauvreté, à la guerre mondiale, à l’extermination de masse. C’est la libéralisation des échanges, certes incomplète et « régulée », qui dans la seconde moitié du XXème siècle a permis de retrouver la voie de la prospérité. Elle a conduit à une réduction considérable de la pauvreté mondiale, à une prospérité matérielle et à un état de santé des populations jamais encore atteints. En ce qui concerne notre continent, ce n’est pas la technostructure européenne qui a apporté la paix en Europe. C’est le libre échange entre ses pays.

Certes il reste encore beaucoup de misère sur terre. En France elle progresse. Il y avait les pauvres, puis il y eut les nouveaux pauvres, puis sont apparus les travailleurs pauvres. Sans oublier les SDF, puis les mal logés et enfin les retraites de misère. Le plan du gouvernement consistant à donner des aides aux pauvres ne les fait pas sortir de la pauvreté. Ils deviennent des pauvres subventionnés. Il faut un filet de sécurité comme dit Bastiat, mais seule la liberté économique permettra la disparition de la pauvreté.

La Sécurité est indispensable à la prospérité. Elle doit garantir et défendre les Droits Naturels individuels. La sécurité et la justice en France sont en déliquescence ou détournées de leur fonction. Elles obéissent à des lois et règlements décidés par les politiciens. Elles défendent un système socio économique et une organisation sociale bien plus que les biens et les personnes. Le seul service public qui a vu ses effectifs fondre est l’armée, qui n’est plus que l’ombre d’elle même.

Ne vous leurrez pas la liberté économique n’intéresse pas les politiciens, pas plus que éradication de la pauvreté, pas plus que la sécurité. Ils perdraient leur pouvoir. Les hommes libres, prospères, vivant en sécurité n’ont pas besoin de politiciens. Tandis que un grand nombre de pauvres aidés, des secteurs économiques régulés et subventionnés, une insécurité grandissante leur sont utiles. Parce qu’alors les gens dépendent d’eux. Ils leur doivent la survie.

Il existe aujourd’hui une discordance entre une république vantée comme en marche, où les « réformes » avanceraient trop vite et la réalité du terrain où, au mieux, rien ne bouge. Cette contradiction est dangereuse parce que les tensions s’accumulent et le risque d’explosion s’accroît au fil du temps. Comme en tectonique des plaques, le blocage accumule d’immenses quantité d’énergie, libérées d’un coup dans un tremblement de terre.

Aussi étonnant que cela puisse paraître à un gouvernement qui veut « sauver la planète », il ne peut rien contre les tremblements de terre. Mais il peut éviter les catastrophes économico sociales dont il en est le seul générateur

Que doit faire l’État ? Il ne doit rien faire, il doit laisser faire. « Je dis: Laissez faire, en d’autres termes, respectez la liberté, l’initiative humaine… » Responsabilité chapitre XX Harmonies économiques (1850) Le seul moyen d’en finir avec la pauvreté et de parvenir à la « richesse des nations » est de laisser agir l’être humain et de faire confiance à son esprit créateur.

Faire comprendre cela aux Français est le rôle du Cercle Frédéric Bastiat et la mission du Weekend de la Liberté.

Patrick de Casanove
Président du Cercle Frédéric Bastiat
30/09/2018