SNCF pour une grève de plus

La SNCF prévoit une grève sur différents réseaux TGV, notamment du sud-est, du 17 au 19 décembre et cette grève coïncide, juste par hasard, avec l’ouverture du réseau lignes à grande vitesse à la concurrence.

En cause : les syndicats réclament, entre autre, une “prime de reconnaissance” de 1.000€ !?!

Pardon ? Une prime de reconnaissance ?

Mais de reconnaissance de quoi ?

Qu’est-ce que l’on peut bien reconnaitre aux cheminots de la SNCF hormis une retraite très avantageuse, prise dix ans avant les autres salariés (à 50 ans pour les conducteurs et 55 ans pour les autres repoussée de 2 ans progressivement jusqu’à 2024 du fait de la dernière réforme acquise aux forceps), et différents avantages en nature notamment en matière de logement et de transports gratuits pour toute la famille ; l’ensemble étant bien entendu financé par le contribuable puisque la SNCF,  entreprise en faillite depuis une bonne trentaine d’années,  ne survit que grâce à de colossales subventions qui s’élèvent tout de même à 33 millions € par jour de l’année travaillé … ou pas (soit 12 Milliards € par an) !

Alors que la France s’ouvre enfin à la concurrence ferroviaire, les syndicats de la SNCF n’ont donc rien trouvé de mieux que de se lancer dans une nouvelle grève juste au moment des vacances de fin d’année.

Les syndicats de la SNCF auraient voulu faire la promotion de la société italienne Trenitalia, le premier opérateur étranger à s’attaquer au monopole de la SNCF sur le réseau ferroviaire français à grande vitesse, qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement.

Evidemment, la compagnie transalpine ouvre ses lignes à grande vitesse sur la ligne Paris-Turin, la plus rentable (celle où il y aura d’ailleurs le plus de perturbations du fait de la grève) ; ce qui signifie que la SNCF aura du mal à se refaire sur le reste du réseau.

Alors, ultime provocation de la part des syndicats marxistes les plus extrémistes (sud-rail) ; ces dinosaures qui ne subsistent plus que dans le secteur public  et qui claironnent que “La balle, aujourd’hui, est dans le camp de la direction qui a encore la possibilité d’entendre cette colère” ?

Ne nous trompons pas, au-delà de la revendication syndicale, il s’agit évidemment d’une forme de chantage dans le but de compter ses forces à l’heure de l’ouverture à la concurrence tant redoutée et sans cesse repoussée par tous les gouvernements depuis une vingtaine d’années afin d’épargner une SNCF … hors d’état de supporter quelque concurrence que ce soit du fait d’un fonctionnement catastrophique et évidemment un risque de crise au sein du personnel.

Il s’agit donc essentiellement de rassurer les troupes face à un avenir qui semble s’assombrir alors que l’entreprise continue d’accumuler les pertes (3 Md€ en 2020, et entre 1,5 et 2 Md€ en 2021) ; ce qui fait d’elle une splendide machine à bruler du cash !

Le non-dit est qu’il y a en fait une réelle inquiétude dans le personnel qui, tout comme la direction et les services de l’Etat, connaissent l’état de délabrement de la SNCF.

Les syndicats de la SNCF réclament l’amélioration des conditions de travail, des embauches pour pallier des effectifs insuffisants, des hausses des salaires ou encore “une prime Covid”.

Mais le but réel n’est pas dans ces revendications qui n’ont aucun caractère légitime car elles ne sont pas fondées; les effectifs étant stables et les salaires largement au-dessus de la moyenne nationale.

Les syndicats, après avoir subi un échec à propos de l’abandon du statut traditionnel et l’emploi à vie avec un régime spécial de retraite, veulent être en mesure de démontrer à leurs affiliés qu’ils ne risquent rien face à l’ouverture à la concurrence ; qu’ils conservent leur pouvoir de nuisance et que l’Etat pliera toujours devant leurs revendications  alors que ce dernier s’est engagé à reprendre 35 Md€ de la dette SNCF (qui s’élève à plus de 50 Md€) en échange d’une maîtrise des dépenses et investissements afin de contrôler tout nouvel endettement.

Entre aveuglement dogmatique, inconscience et irresponsabilité, nous avons là tous les maux de la France qui plonge car, au lieu de se poser la question de savoir ce qui ne va pas dans cette entreprise, ils se bornent à jouer une partie de bras de fer avec l’Etat, unique actionnaire et véritable décideur, pour démontrer leur force !

Rappelons quand même que la SNCF, sans les subventions de l’Etat c’est à dire du contribuable, déposerait le bilan en 48 heures !

J’ai eu l’occasion d’utiliser l’Italo, le TGV italien entre Bologne et Florence. Il n’a rien à envier à nos TGV (dont j’ai vu certains en très mauvais état). La différence se fera donc sur les prix et sur le service ; et là, la SNCF a beaucoup de soucis à se faire car, en matière de services, la SNCF frise souvent l’indigence.

Toutefois, on ne peut pas connaître les suites qui seront données à cette arrivée de Trenitalia qui a clairement décidé de casser les prix (ce qui ne devrait pas durer) alors qu’elle vient de fermer deux lignes, le train de nuit Paris-Milan-Venise et la liaison Marseille-Nice-Milan, exploitée depuis 2014 mais arrêtée depuis le mois de juin car non rentable.

La SNCF est un cas d’école de ce qui tue la France à petit feu. C’est ce corporatisme indécent de professions protégées du secteur public qui peuvent se permettre à peu près tout sans jamais risquer quoique ce soit ; car pourquoi se gêner lorsque l’on ne risque rien …

Pour ces syndicats, le service public n’implique aucun service au client qui n’est qu’un usager ; c’est juste un système de protection des avantages du personnel aux frais des autres !

Il fut d’ailleurs une époque où il y avait une grève par jour (oui par jour) à la SNCF !

Tant qu’on ne coupera pas dans le vif, on continuera à trainer ces boulets au cout exorbitant. Il n’y a qu’une seule solution : le démantèlement mais aucun gouvernement n’osera jamais franchir le pas et cela, les syndicats le savent.

Rappelons que la SNCF est issue d’un décret-loi du 31 août 1937 pris au moment du front populaire ; époque à laquelle on glorifiait le planisme socialiste comme savait si bien le faire feue l’URSS, avec le succès que l’on sait et qu’enfin, en 1999, l’Etat français a été obligé de manipuler la comptabilité publique pour externaliser la dette, déjà énorme, de la SNCF afin de satisfaire aux critères de convergence permettant d’adopter l’€ comme monnaie.

Comme quoi, il n’y a pas que la Grèce à avoir manipulé sa comptabilité publique et menti sur la sincérité de ses déficits …

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat jusqu'à ce que je sois excédé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, je suis persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 thoughts on “SNCF pour une grève de plus

  1. Comme disait Raymond Barre, propriétaire d’une villa au cap Ferrat et d’un compte en Suisse non déclaré : “les cheminots sont des nantis”.

  2. Les politiques veulent être élus pour défendre les intérêts corporatistes, et les Saint Dit Cat aussi. C’est cela La France d’aujourd’hui .
    Coluche disait = CGT l’argent par les fenêtres !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.