Réglementation et objectif commun : l’affaire VW

La réglementation peut-être la source de tous nos maux, comme elle peut être, au contraire, l’outil de notre épanouissement. Tout dépend de l’objectif commun que nous nous fixons, qui l’inspire et la contraint.

La réglementation et les sanctions qui l’accompagnent doivent avoir pour unique but de faire appliquer à tous la règle du jeu social qu’ils se sont fixés.  Ceci posé les complications arrivent au galop.

Qui décide et à qui s’applique la règle du jeu social ?

Là est l’enjeu initial. Immédiatement, un défaut majeur des sociétés humaines saute aux yeux : nul n’a la liberté de choisir la règle du jeu qu’il souhaiterait.

En effet, celle-ci ne suit pas la volonté des hommes. Elle leur est imposée, d’une part en fonction du groupe ou du territoire qui les inclut, sans qu’il leur soit facilement possible d’en changer, d’autre part en fonction des choix des plus forts, sans qu’il leur soit facilement possible de s’y opposer.

 ce stade de la réflexion, il apparaît que l’idéal serait que chacun ait le droit de choisir librement le type d’organisation sociale dans laquelle il souhaite vivre. Qu’il n’y ait ni frontière ni hiérarchie, que la liberté pour chacun soit de décider où il veut vivre, comment et avec qui.

En clair, que soit pris comme référence d’organisation le respect absolu de la liberté individuelle dont la réalité n’est pas l’anarchie, mais la possibilité pour chacun de choisir librement les contraintes collectives qu’il est prêt à accepter.

Qu’elle devrait être cette règle du jeu ?

La loi naturelle, dite “loi de la jungle”, est la loi du pillage par le plus fort ou le plus malin. Force est de constater que l’homme, cet animal qui se prend pour un Dieu, n’est que très rarement et très ponctuellement capable d’enfanter une organisation sociale différente de la “loi de la jungle”, c’est-à-dire une organisation sociale qui respecterait les droits et les libertés de chacun.

Bien qu’il soit, paradoxalement, tout à fait capable d’en imaginer la réalité pour ses propres libertés, il bute sur l’idée de laisser à celles des autres la même possibilité.

La plupart du temps, la finalité des sociétés humaines n’aboutit qu’à une application de la “loi de la jungle”, juste plus perverse et plus sophistiquée que dans la jungle.

En ce qui me concerne, dans l’absolu, je rejoins ceux qui pensent que c’est le respect de la propriété privée matérielle et morale de chaque homme qui seul permet d’entrevoir ce que pourrait être une organisation sociale de justice et d’épanouissement, dans la réalité par contre, je suis bien obligé d’admettre que cette solution bute constamment sur le fait qu’un grand nombre, pour diverses raisons, n’est pas en mesure d’accéder à la propriété privée matérielle ou morale.

Cependant, il me parait incontestable que la propriété privée a cet énorme avantage d’organiser un espace, aussi infime soit-il, à l’intérieur duquel chaque homme est libre de ses choix, donc de ses règlements personnels. Que donc, la règle du jeu collectif doit prendre en compte la protection absolue et illimitée de cet espace.

Dans ces conditions, comment accorder les règlements internes de chacun et les règlements collectifs qui s’imposent à tous ?

C’est ce que tente de faire le libéralisme en affirmant la liberté de chacun, le droit à la propriété privée, face à la responsabilité devant tous.

Travaux pratiques : l’affaire VW.

La protection de l’environnement, l’industrie et le commerce doivent-ils être régis par des lois collectives, ou les règles individuelles de chacun, juxtaposées, pourraient-elles suffire ?

La difficulté pour répondre à cette question tient au fait que l’expérimentation des deux solutions, dans les mêmes conditions de lieu et de temps, n’est jamais possible. Ainsi le débat est cantonné aux hypothèses et aux convictions, ce qui n’est pas très scientifique.

Pour autant, posons le débat :

Dans l’affaire VW, les tenants de la règlementation collective prennent pour hypothèse que l’homme n’a aucun égard pour son environnement, que sa cupidité est illimitée, que sa passion est la délinquance.

En clair, ils prennent les autres pour des cons, incapables de savoir, de comparer puis de décider. Je ne pense pas qu’il en soit ainsi.

Par contre, je crois que ceux qui ont la prétention de diriger laissent volontairement les autres dans l’ignorance, ce qui ne leur permet pas, de ce fait, de comparer, puis de juger et enfin de décider, cette situation peut leur donner l’air con. Ce n’est qu’une apparence.

A qui pourrait-on faire croire qu’aujourd’hui, informés de l’importance de l’environnement sur leur santé, les automobilistes achèteraient une voiture qui dégagerait d’énormes panaches de fumée noire ?

Or, c’est ce que prétendent ceux qui établissent des règlements pour interdire les fumées noires d’échappement. De quel côté est la bêtise ?

En règlementant les rejets des automobiles, ils maintiennent dans l’ignorance sur sujet la grande masse des automobilistes, dont ils réclament la confiance. Cette opacité protège les constructeurs qui ne sont plus face à leurs millions de clients, mais face au seul éditeur de règlement.

Inversement, imaginons une société libérale dont les contraintes sont dictées par les droits de chacun. Dans cette société, la publicité comparative, qui n’est qu’un droit à l’information, existerait inévitablement.

Dans cette société où le principe de protection de l’environnement serait présent et donc un argument de vente, les constructeurs baseraient leur publicité sur des comparatifs visant à faire la preuve de leurs performances à ce sujet.

Il est certain que les tests qu’ils feraient passer aux voitures de leurs concurrents seraient sans concession et que VW ne se serait pas amusé à courir le risque de tricher.

Cette affaire VW est révélatrice non de la perfidie des industriels, mais de l’impuissance de la règlementation mise au service d’un objectif erroné.

Ici cet objectif est l’ambition “politico-collectiviste” de ceux qui espèrent prendre ou conserver le pouvoir par la maîtrise de l’information et l’organisation de l’ignorance du plus grand nombre sous un fatras de règlements “écrans de fumée”.

Conclusion

Face à la règlementation, nous devons être sans concession.

Toute règlementation, tendant à organiser notre société autour d’un objectif collectif suppléant ce qu’aurait pu faire des initiatives personnelles, doit être regardée comme un outil de désinformation des hommes ordinaires que nous sommes au profit des hommes du pouvoir et donc au détriment de nos libertés.

Cette réglementation doit être impérativement combattue. Gageons qu’il s’agit de 90% de la règlementation qui nous est imposée.

Bien cordialement. H. Dumas

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (2 avis)
Loading...

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

1 réflexion sur « Réglementation et objectif commun : l’affaire VW »

  1. Bonjour encore une fois totalement d accord avec ce que vous écrivez car je persiste a penser que nos libertés sont confisquées que le parlementarisme n est
    Qu un leurre le bicamérisme parlementaire en est un autre. C est une manière
    habile de dire aux citoyens vous avez vote maintenant laissez nous diriger ou
    Plus exactement laissez nous vous diriger??!! Nous n avons plus aucun pouvoir
    le parlementarisme devient alors un semblant de démocratie puisque toutes
    Les tricheries pour et par eux sont a l honneur et pendant ce temps la on en crève
    comme ce qui vient de se passer c est le climat c est ceci c est cela mais ça commence a réfléchir sur les zones inondables??!!! Les migrants que l on va
    Aider avec des fonds prélevés sur l aide des jeunes ??!!! A t on prévu un référendum pour faire entrer ces gens a t on prévu un référendum pour décider
    sans les citoyens et Lisbonne 55 pour cent contre ce traite. Et TAFTA et malgré
    L opposition des citoyens les politiques s appuient sur des minorités d accord. Et
    C est ça la démocratie??!! Tout le jeu démocratique est fausse. Vous écrivez a un
    Député certains répondent ils ont cette correction d autres ne vous répondent
    Même pas je pense a le députée du droit des femmes les vieilles dames seules
    Les veuves les sans dents que fait elle ? Rien c est le poste le prestige et être au
    chaud financièrement pendant que les citoyens ne s en sortent pas moralement
    ni matériellement. Lorsque l on a le désir de construire une vie dans les règles
    et normes sociales on se retrouve ruiné par la convoitise de certaines castes.
    Alors ou sont nos libertés. Nous avons une vie et nous ne pouvons
    Pas en disposer dans le respect des règles sociales on est freiné. Détruit car trop
    Intelligent et trop cultive et trop ambitieux sans doute et en dehors des corruptions et des compromissions?!! Nos libertés ??!! Ou sont elles ? Les élus
    Du peuple ne sont élus que par une minorité donc ne reflètent pas la réalité. Je
    reviens sur le traite de Lisbonne une majorité de français ayant vote contre les
    dirigeants politiques aujourd hui ne sont pas légitimes. C est bien ce que disent
    certains c est un gouvernement illégitime car nos libertés sont entravées par un
    systeme électoral qui ne donne pas sa chance a chacun d entre nous d exprimer
    Son opinion son désir de construire. Nos libertés ??!! Ou sont elles??!! Elles sont
    même confisquées par des mafiosis comme l usurpateur de la fonction publique
    auquel j ai eu a faire! Le mandataire qui ne remplit pas sa mission et son
    Obligation de communiquer. Etc etc . Droit de me défendre??!! Après avoir eu
    A faire a deux escrocs??!! Les petits patrons et le RSI dont on cache aux citoyens
    Ce qu ils font des cotisations. Heureusement internet permet de savoir jusqu ou
    vont les confiscations de nos libertés et puis les cours de droit sur internet nous
    éclairent sur nombre de sujets. Sinon ils nous prennent pour des idiots??!!
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.