Qui partage ces réflexions ?

Il est temps d’agir, tout le monde en a conscience, mais peu vont dans le même sens.

Cela tient au fait que les cartes sont brouillées, volontairement ou involontairement, par les relais d’opinion officiels ou officieux. Les informations se superposent et se complexifient artificiellement créant un dense brouillard intellectuel et factuel dans lequel peu de radars arrivent à tracer la route.

N’y voyez aucune prétention — juste la chance de ne plus être impliqué dans rien, grâce à Bercy qui m’a isolé en me traitant de fraudeur fiscal – je me propose de vous soumettre la vérité vraie, toute nue, toute simple.

La voici

Au XIXe siècle nait une émotion humaniste légitimant, à juste titre, la lutte de la classe ouvrière alors particulièrement mal traitée. Elle prend le nom de communisme.

Cette émotion, à la suite d’un de ces hasards dont raffole l’histoire des hommes, a pris le pouvoir politique en Russie.

Elle échouera. Jamais une émotion, fût-elle belle et juste, n’a été en mesure de permettre de gouverner une nation.

En revanche cette émotion va rencontrer son église. Sakharov l’a explicité sans équivoque, plus que le communisme c’est la bureaucratie qui a brutalisé les russes.

Proposition d’explication

Les belles idées d’amour du prochain et d’égalité entre les hommes, chères à Jésus Christ, ne pouvaient qu’aboutir à la monstruosité d’une église bâtie sur ces noblesses, mais les deux pieds dans le triste réel de l’humain, qui nous a harcelé pendant deux mille ans.

De la même façon le communisme ne pouvait que, disparaître comme toutes les émotions y compris les plus belles, ou servir de noble cause à une église elle aussi fatalement monstrueuse puisque chargée d’imposer le dogme.

Le résultat

Toutes les églises imposent un dogme, toutes les églises sont des tortionnaires, à minima intellectuels, le plus souvent aussi physiques.

Toute structure qui écrase l’individu, qui ne respecte pas sa liberté d’être, de penser et de posséder, commet un crime contre l’humanité.

La bureaucratie russe a inventé l’église communiste, qui en s’adaptant au monde économique libéral est devenue l’église égalitariste.

Le but de toutes les églises est de prendre le pouvoir, d’abord pour le plaisir de l’exercer, ensuite et éventuellement pour imposer une vision uniforme de la vie, une croyance.

L’église égalitariste a sa croyance : l’égalité matérielle. Elle a ses officiants : les technocrates.

Vu sous cet angle, tout s’explique y compris les alliances de cette église avec l’économie. Aussi les différentes obédiences en cours, dont par exemple l’écologie.

Cette église est mondialiste. La technocratie égalitariste parle toutes les langues — dont le camembert et la courbe — vit sous tous les cieux, est universelle.

Egalitariste et dogmatique, elle ne peut que pratiquer le pillage et la censure intellectuelle. Deux monstres.

Au final, un constat, l’individu en tant que tel disparait.

La France, très tôt touchée par le phénomène, a retranscrit cette disparition dans sa constitution.

En effet si la constitution en vigueur — du bout des lèvres et dans son préambule — se réfère à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, modèle universel de la liberté individuelle, c’est pour l’oublier très vite.

Elle n’a pas une ligne pour la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, qui elle pourtant prône la liberté individuelle avec raison, puisque pensée à la suite des folies déployées par les Etats patrons ayant abouti à la guerre mondiale de 1939.

A la place, notre constitution actuelle met en avant celle que nous nous sommes donnés le 27 Octobre 1946, qui est une ode à l’irresponsabilité individuelle, à l’Etat providence, donc au communisme et à l’évolution égalitariste de son église technocratique.

Ne parlons pas de la constitution de 1958 qui ne dit mot des libertés individuelles, qui simplement organise l’Etat conformément aux vœux du Général De Gaulle.

Nous sommes donc face au pire.

Nous avons le devoir d’agir, comme l’on fait nos ancêtres face au monstre ecclésiastique catholique.

Je suis incompétent en violence physique, donc il ne faut pas compter sur moi pour une insurrection, qui pourtant se justifierait.

En revanche je n’ai pas peur du débat politique, c’est donc sur ce terrain que je vous propose d’agir ensemble.

La proposition est simple

Nous créons un parti politique que nous appelons :

                                        La FFR (Fédération de la France Réelle)

Ce parti prend l’engagements d’imposer trois droits dont vous verrez en y réfléchissant que tous nos actes peuvent trouver leur place dans ces trois droits :

                              – Le droit à la sécurité des personnes et des biens

                              – Le droit à la justice

                              – Le droit au marché

Nous avons un an pour faire vivre ce parti, trouver un candidat, avoir les signatures nécessaires et présenter ce candidat aux élections présidentielles de 2022.

Dans notre projet de société l’homme sera libre et responsable.

Le réel devra terrasser la croyance.

J’entends bien, les réflexions

          – Mais pour qui vous prenez-vous ?

          – Créer un parti politique ? vous n’y pensez pas.

          – Un programme aussi restreint, comment le défendre ?

          – Et le fric ? et l’organisation ?

Figurez-vous que je ne trouve pas tout cela bien sorcier. Déposer les statuts d’un parti, enfantin. Défendre une organisation simple, au service de tous, et rendre aux français leur liberté, pas du tout compliqué.

La vraie difficulté est tout autre. Il s’agit d’éradiquer la croyance égalitariste, de convaincre l’opinion publique du fait que la liberté et la responsabilité permettent d’arriver à tout, l’esclavage et le dogme à rien.

Personne ne me rejoindra ? Possible en effet.

Sauf lorsqu’il s’agit de tout casser, c’est rarement la foule qui entreprend.

Nous verrons bien. Dès que nous pourrons nous réunir, je vais louer une salle à Paris, je vous y inviterai, alors nous nous compterons.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (11 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

11 thoughts on “Qui partage ces réflexions ?

  1. Cher Henri et tous les auteurs de billets sur ce blog .
    J’ai beaucoup appris depuis plusieurs années en vous lisant.
    Aussi l’appel d’Henri ( martyr parmi les martyrs ) nous fait passer du stade des révélations au stade de la contre-offensive.
    Claude Reichman autre révélateur perspicace et endurant vient de soutenir cette initiative, ce dont je me réjouis.
    Charles Gave ce matin lance de son côté un « aux armes citoyens ».
    Mon souhait : que tous ces gens brillants s’unissent pour être nos leaders et nous conduisent vers la reconquête de nos libertés sources de prospérité.

  2. Je remercie sincèrement ceux qui ont pris la peine de lire ce billet et de répondre favorablement.
    Dès que nos gardes-chiourmes vont nous permettre de nous réunir, nous nous retrouverons à Paris. Merci de me faire savoir quel jour dans la semaine aurait vos préférences.
    Bien à vous. H. Dumas

  3. C’est une très bonne idée.

    Il n’y a pas d’offre politique libérale.

    Il faut que les salariés du privé se rendent compte de ce qu’ils paient. Beaucoup trop de gens pensent que l’État Social est une chance car tout est gratuit. S’il y avait de la transparence sur les impôts et les charges sociales, l’opinion changerait rapidement.

    Pour l’instant, il n’y a que des partis politiques étatistes. Au moins le FFR redonnera le pouvoir au gens en leur laissant leur argent. L’État régalien et basta. Le reste au privé et à la concurrence. Une baisse drastique des impôts genre 30% en moins.

    Voilà ce qu’il faut.

    1. La majorité des salariés croient (et non pensent) que le patron paie une partie des charges sur leur salaire que la retraite est un salaire différé mis au chaud dans une enveloppe pour le jour J, que les fonctionnaires paient des impôts alors qu’ils ne vivent que de ça.

  4. Henri,

    et que pensez -vous de ‘MANUREVA’ comme nom de votre futur parti ?

    Pas très sérieux, vous me direz et la politique c’est sérieux pour vous, n’est ce pas ?

    Pourtant, en voilà un nom ‘accrocheur’, exotique et qui ferait rêver non nombre de français confinés et reconfinés.

    Rien qu’avec ce nom qui fait opposition à ‘Manu MACRON’ , je fais le pari que vous récupérez tous les déçus de la majorité.

    Il est possible qu ‘Emmanuel BOLLING apprécie aussi, je ne puis parler en son nom.

    et puis si votre programme est bon, y a pas de raison pour que je vote ‘non’ .

  5. Je trouve votre idée grandiose, c’est un pari osé et audacieux.

    La ‘Fédération de la France Réelle’.

    Ce nom proposé a le mérite de se réduire à l’essentiel, il est dépourvu de terme pompeux et donc à priori est à la portée de tous.

    la syllabe ‘Con’ devant fédération a été supprimée : c’est très futé, il convient de le remarquer

    Ce trigramme FFR me rappelle pourtant trop le RRR..PRR…: c’est du déjà vu, non ?

    Autre bémol, Henri, la ‘Fédération de la France Réelle’, franchement cela ne me fait pas rêver et il y a des chances que d’autres français partage le même point de vue.

    Or, en politique pour avoir des chances de gagner, ne faut -il pas d’abord séduire, faire rêver ses électeurs pour ensuite appliquer le programme du candidat une fois élu ?

    1. Pour une fois, un parti honnête plutôt qu’un parti opportuniste qui cherche à séduire à de belles promesses.

      Il faut bien commencer par quelque chose. Même si ce parti ne fait pas grand chose en 2022, être présent au élection serait déjà une belle performance et ferait peut être réfléchir certains français.

      1ère réforme : fin du monopole de la Sécu.
      2ème réforme : salaire complet pour tout le monde.
      3ème réforme : audit de la fonction publique et purge de tout ce qui sert à rien.
      4ème réforme : baisse drastique des impôts (TVA, IS, IR)

  6. Henri, vous avez tout à fait raison.
    Il faut se dresser , il faut chasser les squatteurs.
    Je souhaite rejoindre le FFR ( moi j’aurais dit la France Libre )

    1. Bonjour,
      Vous avez raison, libre était le bon mot. Mais aujourd’hui ce terme a été surexploité, il est devenu synonyme d’injustice, de loi du plus fort, ce qui est faux mais doit être pris en compte.
      Alors que la réalité dépasse toutes les croyances, c’est essentiel puisque c’est contre elles qu’il faut se battre. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *