Qui est le menteur ?

Les médecins libéraux ont fermé leurs cabinets en signe de contestation. Ils reprochent  à l’Etat de manquer de respect à leur fonction depuis déjà fort longtemps et d’envisager d’intensifier cette attitude par les lois à venir sur la santé.

Ils ajoutent que la situation créée par l’Etat est telle qu’au delà d’eux se sont les malades qui en pâtissent, et que demain sera pire.

Leurs organisations professionnelles annoncent un taux de participation à leur mouvement de plus de 80% des cabinets, ce qui est considérable.

Il s’agit là d’un vrai problème de société puisqu’il touche directement notre santé donc notre vie.

Dans le même temps, la ministre annonce que les urgences, qui normalement auraient dû être débordées par la déferlante des malades ayant trouvé porte close chez leur médecin, n’observent aucune augmentation de fréquentation.

1• mensonge

L’un des deux protagonistes ment. Soit l’action de grève des cabinets médicaux n’a pas été suivie et leurs représentants mentent en annonçant la réussite du mouvement et l’adhésion à celui-ci d’une large majorité des médecins.

Soit la Ministre ment et dissimule l’engorgement des urgences. Ce faisant elle discréditerait les médecins à deux titres :

– En affirmant qu’ils ne sont pas soudés,

– Et surtout en laissant entendre que la plus grande partie de leurs malades n’en seraient pas puisqu’en cas de fermeture des cabinets médicaux ils restent tranquillement chez eux.

Ce mensonge, s’il était avéré, serait un manque de respect pour les français les plus faibles.

Dans la foulée, la sécurité sociale nous annonce que les demandes de remboursement  des soins, en cette fin d’année de grève de 80% des médecins, sont légèrement supérieures à celles des années précédentes.

2• mensonge

Soit les médecins se foutent de notre gueule, ils n’ont pas fait grève, ils sont simplement partis en vacances comme toutes les fins d’année.

Soit la sécurité sociale ment, elle aussi poursuit alors deux buts :

–  Discréditer le mouvement des médecins dans la population

– Et introduire la suspicion dans cette profession libérale sur la sincérité de chacun des participants lors d’une action de groupe.

Tout cela est affligeant.

Comment peut-on mentir aussi impunément sur un sujet grave comme la santé publique ? Qui croire ?

Il est évident que, face à ces déclarations invérifiables, chacun est amené à voir la vérité du côté de ses fantasmes sociaux, libéraux ou collectivistes

C’est à dire que, sur un point qui implique chaque français, le menteur prend la responsabilité d’entraver une réflexion objective, d’opposer les français entre eux à partir de leurs croyances irraisonnées, sans respect pour la réalité sur un sujet qui pourtant demande une objectivité absolue.

Ces mensonges, particulièrement visibles ici, sont récurrents en tout.

Ils vicient notre démocratie, ils aboutissent à cette inversion du langage politique qui nous consterne et nous détruit.

Tant que le mensonge sera le moyen d’expression naturel des responsables politiques ou professionnels aucune vie en commun ne sera possible.

Ceux qui se croient très malins en usant abondamment du mensonge, en se félicitant de leurs résultats, sont des ânes bâtés, des irresponsables qui, dans une société normale, devraient être mis à l’écart, interdits de responsabilité.

Le mensonge est le poison qui ronge notre démocratie.

Certes, il est humain, il serait illusoire de vouloir l’éradiquer, mais de là  à en faire un outil de pouvoir il y a une ligne qu’il ne faut pas franchir.

Contre le mensonge politique, contre la propagande, une seule défense : la presse d’investigation libre. Où est-elle ?

Bien cordialement. H. Dumas

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (2 avis)
Loading...

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

2 réflexions sur « Qui est le menteur ? »

  1. Un début de réponse;
    https://www.facebook.com/LesMedecinsNeSontPasDesPigeons/posts/885587918152755:0

    (9) Eloge de la colère. Ainsi donc, les médecins ont… – Les médecins ne sont pas des pigeons
    Eloge de la colère.
    Ainsi donc, les médecins ont produit autant de feuilles de soins, plus même, pendant la grève du 24 au 31 que l’an dernier à la même époque…
    L’intervention de Nicolas Revel directeur de la CNAMTS cet après midi vient parachever un cycle de manipulation débuté beaucoup plus tôt par Christian Saout et Patrick Pelloux .
    Un cycle de manipulation ponctué d’insultes, enveloppées dans un mépris constant à l’égard des médecins.
    Ce mépris qui a construit le projet de ″ loi de santé ″, et qui sera votre perte Mme la ministre tant vous avez fini par l’incarner.
    Ce mépris les médecins vous le reprochent Marisol Touraine, comme ils vous reprochent tant de choses.
    Les médecins vous reprochent de ne pas oser les nommer et d’user du terme ″professionnel de santé″ en lieu et place du titre durement acquis qui qualifie leur exercice.
    Ils vous reprochent de ne jamais les considérer autrement qu’en éléments de filières, de réseaux, objets interchangeables, masse collective, sources de dépenses, sources de problèmes.
    Ils vous reprochent de les salir, par des éléments de langage fournis par des cohortes de jeunes larbins énarques, sans expérience de la vie réelle. Médecins qui ne se forment pas, médecins qui prescrivent trop et mal, médecins responsables d’inégalité sociales en santé, médecins responsables des déserts médicaux, médecins trop nombreux, pas assez nombreux, médecins nantis, médecins suspects de racisme …
    Ils vous reprochent de construire une politique sans vous arrêter une seconde sur la réalité du système sanitaire français, que des lors vous participez à détruire, complétant avec une expertise encore jamais atteinte, les délires énarchiques, idéologiques et dogmatiques de la maîtrise comptable et de la loi HPST.
    Ils vous reprochent de mentir aux Français, Marisol Touraine, de mentir à chaque instant, et c’est précisément de ce mensonge érigé en ligne politique que nait le mépris.
    Vous mentez sur les rémunérations des médecins, dont tout le monde en Europe s’accorde à dire qu’elles sont indécentes ; sauf vous Marisol Touraine.
    Vous mentez sur le renoncement aux soins sur lequel vous avez construit votre projet de loi, un renoncement qui en France est de 5.5 % contre 6,4% en moyenne pour l’Europe et pour raisons financières de 1,9% en France contre 2,2% en Europe.
    Vous mentez sur les motifs de renoncement, liés en premier lieu aux distances médecins / patients et aux délais de rendez-vous.
    Vous mentez sur les compléments d’honoraires, rebaptisés ″dépassements″, que vous voudriez voir disparaître, alors qu’ils n’existent que parce que vous maintenez les tarifs opposables au plus loin de la réalité des pratiques. Mensonge économique, toute restriction de ″dépassement″ s’accompagnant d’une forte hausse de l’activité des médecins … « les médecins sont notoirement sous rémunérés mais si on les rémunère mieux ils verront moins de monde » avait dit un grand commis de l’état transfuge d’AXA retourné depuis au privé avec votre bénédiction.
    Vous mentez sur le but de votre loi présentée comme une loi construite autour des patients. Une loi de progrès social, alors même que vous allez livrer patients et médecins aux mains des assureurs privés et à la surveillance et l’encadrement d’ARS désormais aux pouvoirs sans limite.
    Vous mentez lorsque vous parlez d’accès aux soins facilité, alors que votre loi ouvre la porte au désengagement de la sécurité sociale, à l’entrée de la médecine dans les réseaux de soin fermés, et des patients dans un système contraint préparé par la Loi Leroux.
    Vous mentez aux patients Marisol Touraine, et c’est encore plus grave. Vous leur promettez plus de transparence et vous créez une base patients. Dès lors, ce qui était un échange confidentiel entre le patient et son médecin traitant, devient un flux de données plus ou moins sécurisées migrant du patient à l’ensemble des acteurs du système, fussent ils soignants ou assureurs, au travers de supports virtuels mais multiples.
    Vous mentez Marisol Touraine, et vous ne connaissez rien au soin, rien au métier de médecin, rien à ce qui fait l’essence même de notre engagement.
    Vous mentez quand vous prétendez que le secteur libéral n’intéresse plus les jeunes alors que vous avez, comme vos prédécesseurs, par vos actes, réfléchis ou irréfléchis, détruit nos métiers, les rendant par leurs tarifs, leurs responsabilités, leur pénibilité, leurs liens délétères avec une administration en déni de réalité, pour longtemps repoussants.
    Vous mentez et avec cynisme vous transformez les conséquences de vos actes en causes et vous faite porter ainsi sur nos professions la responsabilité d’une situation que vous avez construite.
    Il y aurait bien d’autres choses à dire, bien d’autres choses à écrire tant en deux ans vous avez détruit toute relation de confiance avec nous médecins.
    Nous médecins qui chaque jour sommes en contact direct avec une société qui n’est plus que colère ou résignation.
    Nous qui au sein de nos cabinets croisons les joies et les détresses, nous qui nous confrontons aux souffrances, à la misère, aux douleurs insoutenables. Nous qui apaisons, qui soulageons qui guérissons ou accompagnons, nous qui soignons souvent qui doutons toujours, nous qui, plus que vous ne le saurez jamais, savons les français.
    Nous, indispensable et dernier ciment sociétal que vous ne respectez pas, que vous ne respectez plus.
    La rupture est consommée Marisol Touraine. Les médecins ne cesseront de se lever.
    Vous avez personnifié le projet de loi de santé par vos actes, vos paroles et vos écrits et ce
    n´est plus seulement le retrait de la loi que nous demandons mais votre retrait, votre retrait qui seul apaisera notre profession et permettra l’existence d’un pacte de confiance avec les médecins, indispensable à la reconstruction de notre système sanitaire.
    Dr Jérôme Marty

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.