Mais où avais-je la tête ?

Pendant vingt ans je me suis adressé à l’intelligence, à l’objectivité, à la sollicitude, à l’honnêteté des Services Fiscaux, de l’administration et de la justice.

Quelle folie, quel délire, que ne m’a-t-on enfermé et soigné.

J’ai un temps caressé l’idée que j’étais intelligent, mais incompris. Funeste erreur.

Je suis juste un con dont tout le monde, à juste titre, se moque.

Grande nouvelle, je suis guéri. J’ai ouvert les yeux.

Je sais maintenant que ces trois organisations : les Services Fiscaux, l’administration et la justice son inintelligents, partisans, cyniques et véreux pour ne pas dire carrément malhonnêtes.

– Qu’est-ce que cela change pour vous ?

Rien, effectivement. Absolument rien dans la pratique.

– Comment avez-vous pu mettre si longtemps pour le comprendre ?

Là, je suis en difficulté pour vous répondre. Disons que je ne croyais pas que toutes ces saloperies pouvaient prospérer sans que le “peuple” ne finisse par se lever contre elles.

– Mais n’est-ce pas vous qui disiez : le “peuple” n’existe pas, il n’est que la “foule” ?

Vous avez bonne mémoire. En effet je disais cela. Donc, je n’ai pas d’explication. Il me semblait qu’une espèce d’intelligence collective devait exister, qu’elle portait fatalement une morale sans laquelle l’homme n’aurait pas eu ce destin de domination du monde animal, n’aurait pas régné sur la planète.

– Non, vraiment, vous avez cru ça ?

J’ai l’impression. Sinon comment expliquer mon erreur.

Mais c’est stupide, c’est le vice qui a construit l’humanité, le pillage, le mensonge.

Vous avez raison. Depuis que j’ai ouvert les yeux, je constate que le mal triomphe partout, plus particulièrement chez ceux qui affirment représenter le bien.

– Les cocos et les écolos ?

Entre autres. Mais aussi les donneurs de leçon, les affairistes, les mondialistes, tous.

– Vous déconnez, vous allez trop loin. Dire du mal de ceux que l’on n’aime pas, d’accord, c’est de bonne guerre. Mais de tout le monde, sans exception, c’est impossible.

Je reconnais que c’est un problème, une réelle difficulté. Mais objectivement, vous connaissez le truc : “citez-moi un honnête homme et je sauverai cette ville”. Vous pouvez m’en citer un, vous ?

– Pas vraiment, effectivement.

Alors, vous voyez bien.

– Mais attendez, ce n’est pas parce que je ne le connais pas qu’il n’existe pas. Et puis, votre propos visait au départ les services Fiscaux, l’administration et la justice. Ce n’est pas tous les hommes ça.

C’est vrai aussi. Décidemment, vous me contrariez constamment.

– Parce que chercher les failles de vos délires c’est vous contrarier ?

Non bien sûr. Ce doit être la fatigue qui paralyse mes neurones, ou la désespérance.

– Voilà qui me parait plus raisonnable. Alors on recommence à zéro. Oui les Services Fiscaux, l’administration et la justice sont pourris jusqu’au trognon. Mais ils ne sont pas représentatifs de toute l’humanité et il reste chez eux quelques originaux en bon état, peut-être rongent-ils leur frein en attendant des jours meilleurs.

Vous croyez vraiment ce que vous dites ?

– En règle générale oui, je crois ce que je dis, dans le cas contraire je la ferme.

Donc vous pensez que j’ai tort, que j’ai un coup de mou, que c’est la disparition du père Noël pour cause de COVID qui me travaille.

– Exactement, et je vous propose quelques jours de vacances pour recharger les batteries et reprendre le combat où vous l’avez laissé. Il y a beaucoup plus de gens de qualité que vous croyez. Ils sont justes moins cinglés que vous.

Que voulez-vous dire par là.

– Que se faire tirer comme un lapin, ce n’est pas la meilleure idée. Il y a des luttes qui demande de la discrétion.

Je vous signale que si j’avais été comme vous le dites discret, voire secret, on ne se connaitrait pas.

– Qu’en savez-vous ?

Vous m’intriguez

– Et ce n’est qu’un début. La victoire n’est jamais au début, ne l’oubliez pas.

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Mais où avais-je la tête ?

  1. un “honnête homme” du XXI siècle ? si, j’en connais un : Henri
    L’honnêteté en soi reste cependant relative et comme toute qualité ou défaut il est nécessaire de la qualifier. HD l’est à 90% probablement, un homme honnête, c’est mon impression (à ne pas confondre avec l’honnête homme, terme plutôt social), en revanche l’honnêteté des Services Fiscaux, de l’administration et de la justice se mesure avec 5%, par esprit d’amabilité, le solde c’est la malhonnêteté qui est leur attribut à 95%.

  2. Ce jour Les Services Fiscaux se sont introduit chez moi, ils cherchaient de l’argent! Je suis sorti de mon lit et j’ai cherché avec eux.

    L’être humain est incroyable : c’est la seule créature qui va couper un arbre pour en faire du papier et écrire dessus: “Sauvez les arbres”!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *