L’inversion sémantique

Lorsque j’étais jeune nous étions vaccinés contre la poliomyélite pour éviter d’attraper cette maladie.

Aussi contre la tuberculose, encore pour ne pas la contracter.

Pareillement pour la rage, le tétanos, etc…

Lorsque nous partions vers des pays tropicaux, nous nous vaccinions pour ne pas revenir avec les fièvres qui y prospèrent.

Le vaccin était, pour le public, synonyme de protection personnelle.

L’optique n’était pas de protéger les autres de la rage, du tétanos, de la poliomyélite, etc…

Aujourd’hui

Nous devons nous vacciner pour protéger les autres !!!!

C’est quoi ça ? Une bonne explication serait la bienvenue.

Pourquoi les autres ne se vaccineraient-ils pas pour être protégés, et s’ils le sont quels risques courent-ils si je ne le suis pas – ce qui n’est pas le cas, je suis vacciné –.

C’est d’autant plus difficile à comprendre que deux paramètres sont contrariants :

          – Les vaccinés peuvent être porteurs et transmettre la maladie, parait-il …

          – Les vaccins ne sont pas une maladie bégnine injectée nous classant dans la catégorie des “touchés-pas-coulés” qui génèrerait l’immunité collective liée à un COVID repu, ils sont un rideau artificiel d’anticorps qui laisse COVID sur sa faim. Que devient un COVID mort de faim ? Le sait-on ?

Alors

Quand on nous accuse d’irrespect pour les autres en cas de non-vaccination, alors que le vaccin que nous avons reçu ne protège que nous puisqu’il nous laisse porteur et transmetteur sain, que ce vaccin est déjà ou sera rapidement périmé face aux mutations de COVID, j’ai l’étrange impression d’être anormalement pris pour un con.

Ça commence à faire beaucoup

          – L’éducation nationale qui a tenté de me faire croire qu’en suivant ses conseils je serai à l’abri du besoin.

          – La justice qui a tenté de me faire croire qu’elle était capable de rendre… la justice

          – La police qui a tenté de me faire croire qu’elle était là pour veiller sur la sécurité de ma personne et de mes biens.

          – Bercy qui a tenté de me faire croire qu’ils prélevaient un impôt juste au profit des déshérités.

          – Maintenant l’hôpital qui tente de me faire croire que la vaccination n’est pas une tentative désespérée pour camoufler la misère de ses moyens, de ses capacités.

Je suis vacciné pour les autres, ruiné pour les autres, endetté jusqu’au trognon pour les autres, soupçonné d’indiscipline pour les autres, assigné à résidence pour les autres, victime de la propagande pour les autres, venu sur cette terre exclusivement pour les autres…

J’en ai largement marre… marre… marre…  des autres.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 thoughts on “L’inversion sémantique

  1. Je partage votre lassitude ….des autres, cet enfer.

    J’ai été vaccinée sans broncher comme vous dès la plus petite enfance BCG, … et fièvre jaune

    Mon feu paternel s’étant expatrié toute sa vie durant dans les pays tropicaux ou équatoriaux :

    Guadeloupe, Martinique, Guyane, Cameroun, j’étais alors mineure et n’avais pas mon mot à dire.

    Mais là aujourd’hui, aucune envie de faire d’effort pour le vaccin Covid.

    et puis il y a ce retard qu’il faudrait rattraper si l’on en croit les rumeurs
    sur une necessaire troisième injection pour se mettre à jour des variants…

    J’ai pris de la nivaquine (anti-paludéen) lors d’un périple avec mon père sur le fleuve “Maron” en Amazonie.

    Le paternel l’a attrapé et était paludéen chronique : une crise par an en moyenne

    Moi rien. Allez savoir ou comprendre pourquoi …

    il n’y avait pourtant qu’un espace de quelques centimètres entre nos deux hamacs,

    Mon père et moi étions assaillis par la même nuée de moustiques durant la nuit,

    J’ai même souffert de plus de piqures du fait probablement de ma plus faible pilosité : la peau était plus tendre et plus facile à atteindre

    Tiens pendant que j’y pense : Pourquoi n’impose t-on pas le vaccin contre le ‘palu.’ pour se protéger ou protéger ‘ces autres’ dans les régions concernées ?

    Ah mais oui, je suis bête, il n’existe pas encore de vaccin contre le paludisme

    Etrange …c’est pourtant un virus bien plus ancien et qui tue plus dans le monde que covid.

  2. Impossible n’est pas français mais imposable oui, cela résume la seule stratégie de nos gouvernants comment nous taxer. Il n’y a pas le pouvoir en France , mais l’abus de pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *