L’Etat vacille, préparons-nous à la liberté !

L’Etat vacille, préparons-nous à la liberté !

Tous ceux qui se sont mêlés à la vie publique française au cours des dernières décennies peuvent faire le même constat : rien n’a jamais marché.

Sous le mot de « rien », j’englobe toutes les démarches visant à améliorer le fonctionnement de l’Etat, de l’économie, de la société.

Ce ne sont pas pourtant les initiatives qui ont manqué. Toute personne active dans l’un de ces domaines peut en citer des dizaines, voire des centaines. Et rien n’a jamais marché !

On peut bien évoquer ici ou là une petite amélioration à la marge, mais partout et toujours les problèmes sont restés massifs et entiers. Alors faut-il invoquer une malédiction française ?

Alain Peyrefitte a publié en 1976 un brillant essai intitulé « Le Mal français ». Il n’a rien perdu de son actualité ni de sa lucidité. Mais un essai reste un essai. Ce qu’il préconise ne prend corps que par l’action. En l’occurrence l’action ne peut avoir qu’un caractère politique. Mais la politique peut s’entendre de plusieurs manières fort différentes. Il y a la politique traditionnelle, qui passe par les partis et les élections, et il y a la politique de la société civile, qui se décline pour l’essentiel en manifestations de protestation et parfois en actions révolutionnaires marquées par la violence. Ces trois types de politique ont tous échoués depuis 1945. Cela fait donc aujourd’hui 76 ans. La durée d’une vie humaine.

Ce constat nous conduit à penser que ce qui a duré une vie ne peut se perpétuer que s’il correspond à une réalité ancrée au plus profond de l’âme collective du peuple et de la nation.

Résumons-nous : les Français sont-ils profondément attachés au « mal français » et si oui, de quelle manière ? Répondre à cette question, c’est tracer les voies de l’avenir.

Je suis tenté de me contenter d’un simple jeu de mots. Les Français sont attachés au « mal français » non par l’affectio societatis mais par des cordes et des menottes. Autrement dit, nous n’acceptons pas collectivement l’organisation de la société française, mais nous la subissons.  Quelle est donc cette force qui nous tient prisonniers et qu’aucun effort ne parvient à vaincre ? Ma réponse est la suivante : c’est la peur !

Oui, la peur. Personne, en France, depuis 76 ans, n’est parvenu à renverser l’Etat, qui détient, comme en toute démocratie, le monopole de la violence et qui en use et en abuse dès qu’il est mis en cause. Et si personne n’y est parvenu, c’est parce que les assauts ont été menés par des dirigeants peu capables, qui n’ont pas réussi à constituer des coalitions populaires aptes à vaincre la peur.

Face à la violence d’Etat, il ne peut y avoir que deux méthodes : une violence supérieure ou la ruse. Tous ceux qui se sont essayés à la violence ont échoué parce que l’Etat français peut compter en fait sur une triple violence : la violence judiciaire, administrative et policière. Il est vain de l’affronter par la violence physique, car à moins d’une masse suffisante, il est impossible de l’emporter. Il ne reste donc que l’affrontement administratif et judiciaire.

Sur ces derniers terrains, le combat peut être victorieux, à condition d’être mené par des personnes détenant une qualification au moins égale à celle des personnels d’Etat. C’était d’ailleurs la thèse de Benjamin Constant qui ne voyait le succès d’une révolution que dans le fait que ses chefs soient issus du même milieu que ceux qu’ils combattent.

Il se trouve que la plus grande fragilité de l’Etat abusif réside dans les principes qu’il viole. C’est donc sur ce terrain qu’il faut l’affronter. Et on peut être certain qu’à un moment ou à un autre, quelques serviteurs de l’Etat, choqués de devoir violer les droits de l’homme et du citoyen, finiront par baisser les armes, ouvrant une brèche décisive dans le mur de l’injustice.

C’est ainsi que les portes blindées et les chicanes de l’Etat seront enfoncées par la masse qui se sera engouffrée derrière les chefs inspirés de la contestation démocratique.

La peur ne peut être vaincue que par le bon droit. Celui qui vous élève au dessus de vous-même et vous porte vers l’absolu. Les peuples qui se sont libérés étaient emplis de la certitude d’avoir raison au regard de leurs principes et de leur histoire. Le peuple français ne fera pas exception à la règle. Préparons-nous !

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

One thought on “L’Etat vacille, préparons-nous à la liberté !

  1. A Toulouse, le centre commercial de 24 000 m2 fréquenté par les dealers et leurs familles est exempté de pass alors que l’IKea de Portet qui n’en fait que 18 500 y sera soumis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *