Les étudiants sur la brèche et dans la dèche

Mr Stanislas Guerini, délégué général (SIC) de LREM au pédigrée que vous pouvez consulter ici https://fr.wikipedia.org/wiki/Stanislas_Guerini, propose la chose merveilleuse d’un prêt à taux zéro de 10.000 euros accessible à tous les jeunes de 18 à 25 ans, remboursable sur une période très longue de 30 ans, et qui le serait uniquement si l’on atteint un certain niveau de revenu fixé à 1.800 euros brut par mois. Mr Guerini appelle cela un « Capital Jeune ».

Bien, il y a plusieurs remarques à faire pour ce type de proposition :

La dette contractée ainsi n’en est pas vraiment une, car sans risque de remboursement au pire, c’est-à-dire sans garantie sur le redevable de celle-ci. Ce qui devient un patrimoine créé ex-nihilo de 10000€ financé par nous, les contribuables, car il est peut-être important de le rappeler, ce n’est pas l’Etat qui paie, mais des gens comme vous et moi qui le faisons.

Je vois déjà les passagers clandestins de cette manne pour soutirer 10000€, « espert » étudiants, afin de s’engouffrer dans la brèche de notre suradministration toute occupée à traduire les lignes de coke, avec leurs nœuds d’aiguillage, pour se dire qu’elle gère ses réseaux.

Nous avons là les élucubrations d’un socialiste patenté, certes créateur d’entreprise, mais plus sûrement qui assied avec un capitalisme de connivence, le cheval de Troie de tout ce socialisme bien-pensant.

Mais ce n’est pas tout ! Sur BFM Business, une légende de la prévision qui fait vivre un bon nombre de crétins journaleux, on peut lire ceci : https://www.bfmtv.com/economie/pret-de-10-000-euros-pour-les-18-25-ans-l-accueil-glacial-des-organisations-etudiantes_AN-202101280243.html

Ainsi, l’ineffable UNEF souhaite « une extension du RSA aux moins de 25 ans ou une allocation d’autonomie basée sur les ressources des étudiants et non pas des parents. Au lieu d’aides sociales, on nous propose un prêt, on ne veut pas commencer notre vie active en s’endettant. »

Argent magique dans l’air du temps dans une incompréhension totale de la création de richesses en passant par l’axiome de Mr Hollande : « C’est l’Etat qui paie et c’est gratuit ! »

Rappelons-nous le canal historique des Gilets Jaunes avec une seule question : « Où passe tout notre pognon de dingue ?

Dans la servitude professée par des prélats reconnus sous forme démocratique détruite par propagande de cuistres de l’information qui dérogent à l’objectivité, véritablement adoubée par des jeunes cons de 1968 qui deviennent des vieux cons pour perdurer jusque mort s’ensuive..

Je m’interroge sur l’apathie de ces nouveaux jeunes étudiants qui supportent une telle compromission avec des acteurs qui les forment de leurs jeunes années à l’état de réfléchir.

Il est grand temps de nous faire diriger par des gens pragmatiques :

– Des chefs d’entreprise et non des médecins qui cohabitent un peu trop avec l’infosphère ;
– Des hauts administratifs qui ont des compétences reconnues mondialement, mais qui doivent devenir leurs subordonnés ;
– Des stages obligés pour ces hauts fonctionnaires dans des petites entreprises avec des salariés, et un peu plus grandes, toujours à prépondérance d’activité territoriale, pour qu’ils se rendent compte des conséquences de leurs décisions en irresponsabilité ;
– En finir avec les strapontins des fonctionnaires. Ils échouent dans leurs missions, on les vire ;
– Remettre l’Eglise au milieu de chaque village en acceptant les minarets sous leur contrôle.
– Remettre toute cette Infosphère à l’endroit qui vit de subventions diverses et variées, sans rendre compte. L’idée est de faire de la vraie information, sans peur ni stress, peu importe contre qui que ce soit. En aparté, je me suis toujours demandé comment des journaleux pouvaient être grassement payés à répéter les mêmes poncifs, demi-heure par demi-heure en boucle, vraiment un sot métier bien rémunéré qui ne produit rien, sauf leur inutilité ;
– Arrêter ad-nutum tout le développement des énergies intermittentes, non-pilotables, alors que nous avons une production d’énergie nucléaire à bas coût, décarbonnée et autonome. Nous sommes experts en ce domaine, pourquoi ne l’utilisons pas au profit de nos factures d’électricité qui deviendraient bien moins chères :
– Détruire le « mur des cons de la justice », et le remplacer par des juges intègres et indépendants répudiables à vie sur pourvoir d’enquête sur eux ;

Liste à la Prévert qui peut s’étoffer, mais nous devons revenir quoiqu’il en coûte aux principes de la DDHC – un excellent article que j’ai pu lire sur le sujet : https://www.contrepoints.org/2020/12/10/190166-la-declaration-des-droits-de-lhomme-de-1789-chef-doeuvre-liberal

Bien à vous !




1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 4,14 sur 5)
Loading...

One thought on “Les étudiants sur la brèche et dans la dèche

  1. La france a atteint un niveau de folie élevé. Car la folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.

    Les juges demandent en ce moment à Macron « Qui t’a fait roi? » interview détaillée de Régis de Castelnau dresse un portrait édifiant de la dérive qui éloigne chaque jour un peu plus la justice française de l’état de droit et de l’impartialité. En examinant l’évolution de l’autorité judiciaire depuis la création du Parquet National Financier (PNF) par François Hollande jusqu’aux informations judiciaires ouvertes contre Eric Dupont-Moretti, on comprend que, progressivement, la justice est devenue un acteur politique redoutable, faisant et défaisant les présidents. Cliquez pour écouter= https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/01/23/castelnau-les-juges-demandent-en-ce-moment-a-macron-qui-ta-fait-roi/#comment-8441

    Régis de Castelnau : Les coulisses de la justice, sa politisation et son mode de fonctionnement, cliquez pour écouter= https://www.youtube.com/watch?v=T2_R-LTplq8&fbclid=IwAR30ifbwX5vdQqeLZ6D-VdFcjleyG5n_O2v1cOs4r98BBt3hOmS8tTiGWek

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *