Les élus et le pouvoir

Arrivé à l’âge de trois quarts de siècle on commence à avoir une vision historique du monde.

Je veux dire qu’alors vous avez vécu ce que la grande majorité n’a pas vécu, ne connait donc que par l’histoire dont l’étrange rôle est de rapporter le théâtre de la vie en l’absence des acteurs et spectateurs.

L’homme étant ce qu’il est, un gros menteur, les historiens se chamaillent autour d’une vérité qu’ils ne connaitront jamais, de la même façon que les acteurs initiaux, souvent pour les mêmes motifs et avec les mêmes arguments.

Les élus donc.

Si l’on en croit notre révolution sacrée, ils sont élus pour représenter toutes les pensées qui seraient libres. En réalité ils ne seraient que des mandataires chargés de nous permettre de vivre ensemble avec toutes nos différences.

On comprend aisément que si les communistes prennent le pouvoir, nul ne peut être s’il n’est communiste, idem pour les musulmans, les catholiques, les affairistes, les écologistes, etc… Bref, les pensées doivent être libres, mais ne jamais prendre le pouvoir au détriment des autres.

Donc nos élus, représentant tout le monde, ont un devoir moral de ne pas prendre le pouvoir, de simplement gérer le vivre ensemble.

A l’exception d’une infime minorité, ils ne fonctionnent absolument pas de la sorte.

Ils n’ont qu’une obsession c’est : exercer le pouvoir.

Leur compréhension de leur rôle est limitée par leur intelligence, elle-même ne leur permettant pas de maitriser leur pulsion de pouvoir qu’ils possèdent naturellement, qui est exacerbée par leur entourage qui ne rêve que de ramasser les miettes fructueuses de ce pouvoir.

Mais l’organisation de notre société est telle que l’élu n’est pas en situation seul d’exercer le pouvoir. Toutes nos lois, qui font suite à des siècles de pouvoirs absolus, vont dans le sens de la limite du pouvoir des élus.

Les élus sont donc obligés de s’associer, puis d’exercer le pouvoir avec l’aide de leur associé, c’est ainsi que se créent des accouplements malsains, pratiquant rapidement et systématiquement l’abus de pouvoir.

J’ai connu au début de ma vie professionnelle les élus associés aux hommes d’affaires. L’administration d’alors était discrète et au service…

Les abus de pouvoir ubuesques en découlant peuvent être imagés par l’aventure de Christian Pellerin au Cap d’Antibes. L’homme de La Défense y construisit 2.500 m² de villa sur un terrain ne pouvant accueillir que 250 m². Il dira au tribunal ” A l’époque, j’employais six mille personnes et je construisais 300 000 mètres carrés par an. Je ne me suis jamais préoccupé de l’aspect réglementaire de ces constructions.”

Ces types d’abus ont eu raison de l’association élus-hommes d’affaires.

Pas question pour les élus suivants de se contenter de leur mandat. Ils voudront aussi le pouvoir. Pour cela Mitterrand va, avec la décentralisation, leur confier les cordons de la bourse publique, ce qui leur permettra de prendre le pouvoir avec comme associés la fonction publique, les fonctionnaires, la bureaucratie.

Evidemment l’abus de pouvoir va suivre inévitablement. En ce qui concerne l’immobilier ce sera la maîtrise complète de la chaine des autorisations de construire, depuis son début l’établissement des plans d’urbanisme à sa finalité la commercialisation et l’usage des bâtiments réalisés.

Les promoteurs, déracinés du pouvoir qu’ils usurpaient, font petite mine et se plient devant les nouveaux maîtres.

Nous sommes à la fin de ce cycle, que je décris dans le domaine que je connais de l’immobilier, qui est évidemment identique dans tous les domaines de notre vie en société.

Aujourd’hui, l’alliance élus-administration est sur le point d’être sanctionnée par la population, par l’opinion publique.

Quelle alliance va la remplacer, car il est hors de question que les élus se contentent de leur mission réelle, de leur simple mandat.

Vont-ils partir à la conquête du pouvoir absolu qu’ils aiment tant en s’alliant avec les écologistes ? Avec les égalitaristes ? Avec les militaires tenants de la force, des fusils ?

Je ne le crois pas. L’économie prime tout, rien ne se fait dans la misère.

C’est donc l’alliance élus-affairistes qui va revenir au galop, au détriment des bureaucrates qui vont reprendre humblement, en apparence, leur fonction primaire.

Jusqu’au prochain tour de manège…

Et moi et moi et moi, et vous et vous et vous dans tout cela ? Bien peu de choses.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 4,43 sur 5)
Loading...

5 thoughts on “Les élus et le pouvoir

  1. Quand aux impôts j’ai subi un contrôle fiscal en 2018 sur des travaux que le contrôleur estimait ne pas être déductibles… Malgré les preuves fournis il a prononcé un redressement…redressement transformé en annulation en 2020 après une bataille avec la hiérarchie de ce contrôleur zélé !!

  2. Le pouvoir… J’ai démissionné le 3 août 2017 de conseiller municipal, commune de Chaniers.
    Après avoir dénoncé des dépenses d’un directeur des services technique, le maire m’envoyait une lettre en recommandé en me demandant de me taire. Il précisait que j’étais soumis, je cite “au devoir de discrétion de l’élu”.

    Abus de pouvoir s’en suiverent, dont flic en embuscade sur terrain privé…

    Le maire règne en monarque, avec pour seul ambition cumuler pouvoir et indemnités.

  3. Personnellement je prédirais une alliance élus-science et technique.

    Voyez déjà :

    1) le supposé réchauffement de la planète et les pseudo-savants à la barbe blanche qui sont là pour vous fichent la trouille.
    2) de même les fameux docteurs qui connaissent mieux les caméras que la médecine avec la super grippette, quand ils ne vous gavent pas de médicaments inutiles ou vous euthanisent.
    3) la surveillance globale et individualisée de la population avec les caméras, le GPS, les téléphones portables, la monnaie électronique,les QR codes infalsifiables, les puces implantables, les compteurs Linky, Gaspar , les autorisations de déplacement, les couvre-feux …
    4) la réduction des petites mains de catégorie C, B et A avec l’informatisation, la numérisation des paperasses mais non leur disparition bien au contraire, exemple l’impôt en ligne.
    5) l’abrutissement des masses par l’omniprésence des écrans de toutes tailles (du téléphone au moniteur en passant par l’ordinateur), noyant les esprits dans la propagande journalistique, les jeux vidéos et autres distractions virtuelles moins avouables.

    En résumé un mélange entre le Meilleur des mondes et 1984.

  4. “Les lois seront comme des toiles d’araignées: elles arrêteront les faibles et les petits; les puissants et les riches les rompront et passeront au travers”.
    Cette phrase, citée par Plutarque, aurait adressée à Solon par un “philosophe barbare Scyte” du nom d’Anacharsis, au 6ème siècle av JC. Phrase naïve ou dépassée, car nous savons que les auteurs des lois d’aujourd’hui les rédigent de sorte que les puissants et les riches n’aient même plus à traverser de vulgaires toiles d’araignées.

    « Quand le pillage devient un moyen d’existence pour un groupe d’hommes, qui vit au sein de la société , ce groupe finit par créer pour lui-même tout un système juridique qui autorise le pillage et un code moral qui le glorifie . « Frédéric BASTIAT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *