Le droit de savoir

Un avion s’écrase en France. La catastrophe est la même pour ceux qui ont la malchance d’être à l’intérieur de l’appareil mais, pour nous, elle est plus évocatrice de malheur que s’il s’était perdu en mer de chine. La proximité de la souffrance, de la mort, les rendent plus prégnantes, plus terrifiantes.

Puis, soudain, ce grand malheur devient particulièrement épouvantable.

Une indiscrétion fuite par l’AFP — ceux-la même qui ont cru Martin Bouygues décédé il y a peu – un pilote serait sorti de la cabine, son collègue se serait alors enfermé et aurait soit eu un malaise, soit se serait suicidé entrainant dans sa mort 149 personnes innocentes, dont le seul tort est de lui avoir accordé leur confiance.

Cette information, nous la tiendrions des enregistrements vocaux de la boite noire de l’appareil, découverte en état d’être exploitée.

Des points sont extrêmement troublants.

En premier lieu, les enregistrements de la boite noire sont, il me semble, entendus en temps réel par les tours de contrôle. Donc, les coups dans la porte, les invectives échangées probablement entre le pilote bunkérisé dans son cockpit et les autres membres de l’équipage étaient connus dès le départ.

On comprend immédiatement que le sort des passagers qui ont vécu cette situation dépasse les pires normes de l’horreur.

On comprend aussi que le gratin politique qui s’est hâtivement déplacé savait tout et ne nous a rien dit. Nous ne savons toujours pas qui est le fameux pilote, d’ailleurs nous ne le saurons jamais, puisqu’il n’y aura aucun témoin.

Par contre, nous devrions savoir qui étaient les deux pilotes et nous ne le savons pas. Et là, quelle qu’en soit la raison, elle est inadmissible.

Le suicidé est un dépressif et un sacré fumier de lapin, personne n’en doute.

La vraie question est la suivante : Le pilote suicidaire était-il inféodé à ces religieux débiles qui font de leurs dépressifs, de leurs simples d’esprit, des bombes humaines?

Si jamais il s’avérait que ce soit le cas, la comédie des élus au plus haut niveau en France, en Allemagne et en Espagne serait inacceptable. Leur dissimulation de la réalité, à but strictement électoral, serait, pour eux et pour nous, suicidaire.

Les conséquences à en tirer seraient terrifiantes. L’avenir serait pour l’Europe encore plus sombre qu’il ne l’a été pour les américains après le 11 Septembre 2001.

J’espère me tromper lourdement.

Avant de clore ce billet, une pensée profonde, intense, définitive, pour ceux qui ont vécu l’indicible, dix minutes avant de rencontrer la mort.

Bien cordialement. H. Dumas

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (aucun avis)
Loading...

A propos Henri Dumas

Je suis né le 2 Août 1944. Autant dire que je ne suis pas un gamin, je ne suis porteur d'aucun conseil, d'aucune directive, votre vie vous appartient je ne me risquerai pas à en franchir le seuil. Par contre, à ceux qui pensent que l'expérience des ainés, donc leur vision de la vie et de son déroulement, peut être un apport, je garantis que ce qu'ils peuvent lire de ma plume est sincère, désintéressé, et porté par une expérience multiple à tous les niveaux de notre société. Amicalement à vous. H. Dumas

3 réflexions sur « Le droit de savoir »

  1. Bonjour Raphael 75,
    Merci pour votre contribution.
    On peut aussi supposer que le pilote suicidaire avait coupé le contact avec le contrôle, dont acte.
    Mais il est probable que les élus avaient suffisamment d’informations pour se douter de ce qui s’était passé. Au moment de mon billet la question qui se pose, y compris les effrayantes conséquences politiques que cela induit, ne pouvait pas nous être dissimulée sans, au préalable, nous prendre pour des cons.
    C’était cela le fond de mon billet.
    Bien cordialement.
    PS : Il est aussi, je n’en doute pas, des fonctionnaires qui préféreraient l’honneur de leur activité au confort de leur sécurité. Je m’en étais ouvert il y a longtemps à Darcos alors presque ministre, qui n’a pas pu œuvrer dans ce sens, malgré son intelligence et sa bonne volonté.

  2. Bonjour,
    Je suis lecteur d’objectifeco et aussi un fidèle abonné de vos vidéos intitulées les papys papotent, pour lesquelles j’aime particulièrement l’humour, partageant souvent vos points de vue, les refusant parfois. Mais mon domaine ce n’est pas la finance, ce n’est pas l’économie, ce n’est pas le fisc. Non… Au risque de me faire insulter de fonctionnaire nanti, mon domaine c’est l’aérien. Je ne vais cependant pas en dire plus qu’en disent les médias mais essayer de synthétiser pour la comprehension de chacun.

    Il ne faut pas confondre ce qu’enregistrent les boites noires et les conversations entre les pilotes et contrôleurs. Il y a deux boites noires dans un avion. L’une enregistre les paramètres de vol pendant que l’autre enregistre l’ambiance sonore des 30 minutes dans le poste de pilotage.

    Cette dernière enregistre tout l’environnement sonore du poste de pilotage DONT les conversations avec les contrôleurs. Du cote contrôle, nous n’entendrons que les messages qui veulent bien être émis par les pilotes. Donc non… Le contrôle n’était pas au courant de ce qu’il se passait dans le poste au fatidique moment.

    La vérité est sortie de la boite noire visiblement la nuit dernière si je m’en tiens a ce qu’en disent les médias.

    Étant donné que cette theorie est le fondement de votre article, je me devais de le rectifier.

    Cordialement

  3. Bjr,
    pendant ce temps les socialistes avec Flamby1er sont en train de nous s*d*miser avec leur loi inique et liberticide en mettant la surveillance Patriot Act sauce camembert.
    A bas la Republique Populaire de France!
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.