Le Corona en chanson…

Je sais, je radote, mais le moyen de ne pas radoter quand désespérément, tout reste immobile ? Je radote donc une fois de plus : les mesures « sanitaires » ne cesseront pas faute de combattants ! Des combattants (des malades), les gouvernements à force de variants, et d’inventions mensongères, trouveront les moyens d’en inventer toujours d’autres nouveaux, ou les mêmes, pourquoi pas. La tyrannie sanitaire ne prendra fin que si les peuples se réveillent.

Mais pour tout vous dire, je désespère que cela ne se produise jamais.

Je ne vois partout que visages accrocs à leur masque, y compris dans les voitures ou en plein air, voire sur les plages, même par grand vent, et bien loin des « forces de l’ordre », et partout encore des bras nus se bousculant, hystériques, vers des seringues en nombre insuffisant…

Bien sûr, les propagandes gouvernementales tournent à plein régime, les cas pris comme malades, morts en sursis, les hôpitaux déshabillés très normalement saturés dès les premiers hoquets de quoi que ce soit…

Mais non, ce n’est pas une excuse ! Comment prendre encore pour argent comptant les discours de pouvoirs qui ne vivent qu’à crédit ? Foin de bêtise masquée, un peu de curiosité, que diable ! Oui, c’est vrai, la censure totalitaire tourne à plein régime pour rayer des mémoires les discours de bon sens, il n’empêche, il reste encore possible, au moins pour quelques jours, de s’évader encore et de se faire une opinion personnelle frappée au coin du bon sens !

De découvrir par exemple que les vaccins pour lesquels vous vous bagarrez comme chiffonniers en foire aux chiffons ne se contentent pas de vous rendre souvent bien malades, mais semblent tuer nettement plus qu’ils ne protègent, des vaccins incertains dont vous êtes les cobayes inconscients, aux effets à court terme assez peu rassurants, à long terme, proprement affolants, aux prix délirants[1], à renouveler… tous les six mois (un vrai jeu répété de trompe-la-mort), des vaccins qui ne protègent de rien, pas même des prochaines contraintes sanitaires liberticides, des vaccins d’autant plus criminels que strictement inutiles, puisqu’au contraire du Grand Mensonge, si, des traitements existent, de plus incroyablement bon marché, mieux, une prévention intelligente est à la disposition de tous !

Bon, je vous lasse ? Vous avez raison, les paroles valent toujours moins que les chansons ! Je vous en dédie deux, qui à mon avis, vous en diront beaucoup plus long et mieux que moi…

Bonne écoute !

Bormes les Mimosas, 8 mars 2021

 

[1] « Pas grave, c’est l’état qui paye ! »… mais l’état ne paye qu’avec les deniers qu’il te prendra, aujourd’hui ou demain.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,20 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *