La France, ce paradis social

La France est le pays qui consacre le plus à ses dépenses sociales et on nous dira que c’est parce que les élites prennent soin des classes sociales les moins favorisées.

En fait, ce constat est l’aboutissement d’un processus lent et constant depuis une bonne trentaine d’années qui n’a rien à voir avec l’explication fournie …

L’administration a pris toutes les manettes du pouvoir à la fin des années 1970 et elle est devenue l’acteur principal mais aussi le décideur de la vie économique et sociale du pays.

Mais comme elle agit dans un cadre protégé, hors du circuit économique normal, elle se trouve confrontée à des problèmes qu’elle ne maitrise pas ; ce qui signifie qu’elle a pris des décisions inappropriées mais surtout qu’elle a enchainé les mauvaises décisions !

La France, ce pays hyper centralisé, agit au niveau des ressources financières comme un véritable aspirateur en organisant des monopoles (sécurité sociale, retraite, chômage, …) dont la gestion est, elle-même, confiée à des fonctionnaires dans des conditions totalement opaques.

Or, comme l’administration ne produit aucune richesse, elle doit vivre sur le dos de la bête ; et, en centralisant toutes les ressources, l’administration s’est effectivement assurée un moyen de levier triple :

  • Elle contrôle tous les flux,
  • Elle prélève sa dime c’est à dire l’argent qui lui est nécessaire pour vivre,
  • Elle favorise qui elle veut.

Or, la gestion administrative n’est pas efficace (il suffit de se rappeler l’URSS) parce que les décisions sont prises dans un cadre exclusivement hiérarchique de répercussion d’ordres venant du sommet avec en outre une lourdeur administrative qui rend illusoire toute adaptation ou réactivité aux changements économiques !

Et si le sommet se trompe, c’est toute la chaine hiérarchique qui se trompe !

Il s’est donc produit une dérive fatale des dépenses publiques dans la mesure où les mauvaises décisions ont eu un impact sur l’économie ; c’est à dire sur l’activité des entreprises privées.

Celles-ci ont fait faillite ou ont délocalisé, ce qui a provoqué une marée constante d’augmentation du chômage que l’administration s’est trouvée dans l’incapacité de réduire.

Rappelons-nous la déclaration de F Mitterrand selon laquelle : « contre le chômage on a tout essayé » … sauf ce qui marche bien entendu. Et nous sommes entrés dans la phase mortifère du traitement social du chômage, au cout exorbitant, qui ne résout aucun problème structurel d’accès à l’emploi.

Il faut dire que l’administration adhère pleinement à la doxa socialiste selon laquelle le travail est un ensemble fini à partager et qu’il ne peut pas être en expansion.

Bien évidemment, sous le gouvernement de L Jospin, les socialistes (énarques pour la plupart dont Mme Aubry) ont enfoncé le clou avec les 35 heures qui ont achevé de plomber les entreprises privées. La réduction du temps de travail n’a pas du tout, contrairement à l’idée répandue dans les sphères du pouvoir, contribué à réduire le chômage ; au contraire elle l’a aggravé du fait de la défaillance ou du départ des entreprises sous des cieux moins délétères !

L’administration s’est trouvée alors prise dans un engrenage dont elle n’a pas pu s’échapper :

  • Elle a recruté des fonctionnaires pour essayer de diminuer artificiellement le nombre des demandeurs d’emplois (ce qu’on appelle une variable d’ajustement) ; ce qui fait que le pays est désormais le plus administré au monde avec 6 millions de fonctionnaires pour une population active de 29 millions. Cela a évidemment un cout net pour la société !
  • Elle a durci les règles en matière de licenciement car il est bien connu que c’est en empêchant les entreprises en difficulté de licencier qu’on empêche l’augmentation du chômage. Cela ressort de la même logique que le numerus clausus concernant les médecins ; l’administration étant partie du principe que moins il y aurait de médecins, moins il y aurait de malades !?! on a les croyances que l’on peut ! Mais il est vrai qu’il est légitime pour des partis tels que le PC ou la LFI que l’Etat interdise les licenciements !
  • Elle a distribué des aides sociales pour éviter l’explosion sociale ; c’est-à-dire, en fait, pour pouvoir garder le contrôle de la situation. Mais cette distribution traduit en fait le camouflage d’une diminution des capacités productives du pays. Le PIB (la richesse produite) par habitant diminue et on distribue de l’argent pour que les gens qui ne peuvent pas trouver un emploi puissent vivre …
  • Devant la dégradation constante de la situation économique générale, fidèle à la pensée socialiste, elle a estimé que c’était parce que l’administration n’exerçait pas assez de contrôle sur le privé que la situation se dégradait et a donc augmenté son emprise !

Seulement, les aides sociales ont ceci de particulier, qu’une fois qu’on les a données, on ne peut que très difficilement les retirer sans risquer la colère des bénéficiaires voire même l’explosion sociale !

C’est là où l’on découvre que l’’assistanat généralisé et les aides sociales massives ne sont pas un choix mais une conséquence des actions et décisions qui ont été prises et surtout qu’elles constituent en fait une impasse dont il est très difficile de sortir.

M Thatcher a réussi à le faire au Royaume Uni dans les années 80 mais au prix de violences, de grèves dures et d’une forte résistance de la population concernée ! Mais, pour le Royaume Uni, c’était ça ou le FMI qui prenait le contrôle du pays parce que le pays était à l’époque au bord de la faillite et que, ne disposant pas des moyens  de la zone €, ses moyens de dépenses étaient beaucoup plus limitées que ceux ouverts par la BCE aujourd’hui !

On comprend alors que les dépenses de l’Etat, en expansion permanente, se sont de plus en plus orientées vers des dépenses courantes (frais de personnel, aides sociales) improductives au détriment des investissements.

Et ce phénomène n’a fait que s’amplifier, sans vraiment améliorer la situation générale puisque le nombre de pauvres continue de progresser inexorablement !

Naturellement, pour financer ce montage bancal, l’administration a eu nécessairement recours à l’impôt avec pour conséquence de rendre la France le pays le plus fiscalisé au monde !

Seulement, après avoir atteint des taux proches de la confiscation fiscale pure et simple, l’administration s’est trouvée confrontée à un plafond de verre : impossible d’aller plus loin alors que les riches quittaient le pays pour échapper à la spoliation !

L’administration a eu alors recours à un subterfuge : l’emprunt …

Et la France s’est mise à emprunter … de plus en plus ; bien aidée en cela par la politique laxiste de Bruxelles, des taux d’intérêts de plus en plus bas, d’abord grâce à la crédibilité de l’économique allemande, puis ensuite grâce aux émissions monétaires de la BCE !

L’importance des aides sociales n’est donc pas le résultat d’une volonté délibérée mais la conséquence de l’accumulation de mauvaises décisions. Nous sommes donc au bout d’un processus essentiellement constitué d’erreurs commises par l’élite même si celle-ci explique, via le temple de Bercy, que si on en est là c’est cause des riches et de la fraude fiscale !

Car, c’est bien connu, c’est toujours de la faute des autres !

Seulement, ce processus qui a tout d’une fuite en avant ne pourra pas durer éternellement et il faudra bien à un moment ou un autre en payer le prix !

Reste à savoir qui paiera et, disposant des manettes du pouvoir, il m’étonnerait fort que ce soit l’administration et ses gentils membres …

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : La reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “La France, ce paradis social

  1. Je n’ai jamais oublié que l’objectif inavoué du socialisme – municipal ou national – était d’accroître la dépendance. La pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l’effet délibérément recherché.

    Margaret Thatcher

    Jusqu’au jour où le pognon des autres vient à manquer.

  2. Les revenus des citoyens ces 30 dernières années n’ont fait que baisser et les sommes des personnes aidées n’ont fait qu’augmenter. Les impôts et taxes directs et indirects sont les plus élevés du monde et ne font qu’augmenter.

    La réponse des élus devrait passer par la valorisation de solutions basées sur l’innovation et l’investissement, les économies de gestions à réaliser et non, par le traditionnel ‘nouvelles taxes’ et arrosages de subventions fiscales, et non par le développement de la peur. Pour les dirigeants d’un pays le temps long doit primer sur les solutions de court terme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *