LA DICTATURE DES ADMINISTRATIONS : LA FIN DE L’ETAT DE DROIT !

 

Nous y sommes enfin.
L’état d’urgence, ovationné par notre bon peuple,  sonne la fin, soi-disant provisoire, de notre Etat de Droit.
Lorsque les pleins pouvoirs sont donnés à une administration, celle-ci se dégage des « contraintes », c’est-à-dire des preuves, exigées par des juges ou  des tribunaux civils.
Prenons l’exemple des pleins pouvoirs de  l’Administration de Bercy.
Elle les exerce depuis des décennies,  sans contrôle réel (ce qui est le principe même des « pleins pouvoirs »), ce qui nous donne  un recul plus que suffisant pour  l’apprécier.
Nous, les « Fameux Fraudeurs Fiscaux », nous savons ce que veut dire la dictature de cette Administration.
Nous la vivons depuis des dizaines d’années, sans que cela ne dérange la grande majorité de nos concitoyens qui croient en profiter (alors qu’ils n’en récoltent que des miettes, la grande majorité s’évaporant par l’opération du Saint Esprit) grâce à une propagande efficace et démago.
Pauvres français, s’ils savaient qu’ils adhèrent sans restriction à la ruine de leur pays (et à la leur propre) en applaudissant (des deux mains) à la suppression des forces vives de leur pays.

Trop d’impôts, de taxes, de charges font crouler les PME, sans oublier un code du travail, obsolète, complétement dépassé et tentaculaire.
Ce qui automatiquement, en tuant les entrepreneurs, fait augmenter le chômage.
CQFD.
Il ne faut pas sortir de Polytechnique pour comprendre que 2+2 font 4, calcul que ne savent pas résoudre nos chers (très chers) énarques, toutes tendances confondues.
Ceux-ci sont apparemment formés pour dépenser sans compter, (puisqu’ils ne savent pas compter) l’argent public, pas pour l’économiser ou pour faire en sorte de rendre nos PME performantes.
Ca, ils ne savent pas faire et ils s’en foutent comme de l’an 40…

Là-dessus se rajoute la dictature de l’Administration Fiscale, car il s’agit bien d’une dictature pure et simple.
Comme toute dictature classique, elle suit ses propres règles (concoctées sur mesure) avec ses agents « assermentés », protégés sans aucune réserve par leur hiérarchie qui avalise les yeux fermés leurs redressements abusifs pour atteindre leur C.A.
Cette administration a sa propre justice qui ne désavoue pratiquement jamais leurs exactions.
Sa justice s’appelle d’ailleurs Justice Administrative.
Pas besoin d’avoir Bac+10 pour comprendre ce qui vous y attend en cas de conflit fiscal avec leur maison mère.
Juges et « Rapporteur Public » sont issus de l’ENA (ENA qui, bien sûr, dirige sans partage Bercy) ou de l’Administration fiscale, ce qui revient plus ou moins au même.
Cela a un fumet de  justice d’exception, style inquisition ou royale des temps anciens (que l’on croyait révolus), avec des « juges »  nommés par eux.
Les loups ne se battant pas entre eux (vieux proverbe bien de chez nous), vous serez inexorablement passés à la moulinette de la « Justice Administrative » et recrachés en lambeaux.
Les dictatures administratives se sont toujours méfiées des tribunaux civils indépendants qui ont l’outrecuidance de juger sur les preuves.
Quand les preuves se résument à des raisonnements sans fondements mieux vaut les éviter et attendre le T.A.
C’est plus sûr.
Lorsque  le fisc envoie en correctionnel  un contribuable « fraudeur », il leur faut sortir des vraies preuves.
Ce n’est pas vraiment évident pour eux.

S’il est reconnu innocent par le Tribunal Correctionnel où eux même l’ont envoyé, Bercy reste discret et n’observera pas ce jugement.
Il attend son heure et le T.A qui remettra les pendules à son heure.
Je le sais je l’ai vécu.

Revenons à notre Etat d’Urgence momentanée, quoique trois mois c’est quand même très long.
Ce n’est plus la Justice qui décide des perquisitions, mais nos préfets (issus de l’ENA. Tiens encore Elle !)
Sur quels critères ?
Mystères et boules de gomme.
Bref, en 10 jours ça déboule tous azimuts
1616 perquises, soit plus ou moins une petite moyenne de 130 à 150 par jour.
Nobody d’arrêté (à ma connaissance).
290 mecs assignés à  résidence.
266 armes saisies.
Ce n’est vraiment pas un gros score.
Il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard.
Je dirai même que c’est minable, mais comme je suis un bon français, je ne dis rien et j’applaudis !
Et si l’on se base sur la perquise de l’Emir Blanc, en Ariège,  qui a mobilisée 60 policiers (armés jusqu’aux dents) et des véhicules blindés, pour trouver un malheureux fusil de chasse, fusil que tout le monde à la campagne possède…
On devrait perquisitionner  plusieurs centaines de milliers de français.
J’aimerais avoir la liste de ces fameuses armes saisies.
Peut-être que  dans un pays en Etat d’Urgence, un marteau ou un Opinel est considéré comme une arme.
Je ne parle pas des bavures (« on » se trompe de porte, « on » ne trouve rien mais « on » casse tout…) qui malgré un black out médiatique, remontent peu à peu, difficilement, à la surface.
On a à peine le temps de les lire ou de les entendre…
Elles disparaissent à la vitesse de l’éclair.
Sous une Dictature Administrative les bavures, les abus n’existent pas.
Merci, Monsieur l’agent !

Le résultat, de plus, est totalement secondaire, le tout est de faire croire en son efficacité.
Peu  importe le prix à payer pour les victimes (quelles victimes ?), seul compte la communication manipulatrice  des gens qui devront  approuver vos démonstration, vos moulinets de bras, vos gesticulations guerrières, votre fausse empathie (et j’en passe).
Faute de vrais résultats, la communication est primordiale.
Des résultats, on pourra toujours en fabriquer, avec la complicité active des médias, style les « Irlandais de Vincennes »…
De là à se retrouver avec une police politique, il n’y a qu’un pas.
Il a peut-être, déjà, été franchi…
Comme pour Bercy, il faut faire croire que le Bien Commun est votre seul et unique but.
Les français sont  des veaux, a dit un certain  Général.
Et les français, lui, il les connaissait bien.

Emmanuel Bolling

Je vous conseille de lire le livre testament de l’avocat Joseph Scipilliti, suicidé fiscal.
Vous trouverez le lien de son livre/testament dans “meurtre fiscal (vidéo) sur notre blog.
J
e vous conseille, également,pour ceux qui ne l’ont pas vu la vidéo:
“contribuables sensibles: s’abstenir” ( même si, à cause d’un incident technique, le son n’est pas vraiment  bon).

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles 5,00 sur 5 (3 avis)
Loading...

3 réflexions sur « LA DICTATURE DES ADMINISTRATIONS : LA FIN DE L’ETAT DE DROIT ! »

  1. NE PAS CONFONDRE
    François marie AROUET dit voltaire … et François HOLLANDE de la promotion voltaire .
    les 2 ont connus de hautes études, libertaires et candide 🙂
    l’un des 2 est au panthéon , l’autre l’espères un jour !
    un a fini en suisse , l’autre règle ses compte avec la suisse !

    Voltaire a dit ..“Tout être humain a le droit d’être en contradiction avec lui même. .
    l’autre a fait volte face et n’arrête pas de ses contredire , se prend pour un seigneur de guerre et essaie de nous faire avaler des couleuvres et prends sa vessie pour une lanterne, se trompant de siècles et a loupé la lumière !

    n’ai je pas entendu ( ou attendu ) de lui ou de sa bruuuueeuhh !!!
    nous n’augmenteront pas les impôts ..
    la C -MENT -TICQUE , messieurs dames ….. ils ont été bien formés a l’écoles des ânes .. ce sont juste des taxes qui augmentent, les petites augmentations faisant les grandes assiettes, au grand soir fiscal , les imposables vont trinquer.

    mais après les grands soirs électoraux qui s’annoncent prochainement , le bruit des bottes et le fracas médiatique des intérêts accoquinés- ou marie(és) ,la noces des canailles , les cadeaux sous le sapin et un drapeau dans le c- l !!!!
    plus dure sera la chute !
    Notre cher regretté SCIPILITTI , paix a son âme aura au moins échappé a cela !

    et en ce jour d’énième condoléances , mes bien cher frères et sœurs
    vive moi ….., vivez vous ? ……et vive la France !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.