D Trump président atypique, énergumène ou malade mental ?

On aura beaucoup parlé de ce président à la personnalité si spéciale qui a tenté un dernier « coup d’éclat » avec la prise d’assaut, par quelques centaines de ses supporters, du capitole (siège du parlement américain) alors en session pour certifier l’élection de J Biden.

Président improbable, élu à la surprise générale malgré même l’opposition de son propre camp, individu à la personnalité très clivante, D Trump est vaniteux, égocentrique, vulgaire et arrogant .

Pour tout dire, on a entendu et lu à peu près n’importe quoi à son propos et les avis sont aussi excessifs dans un sens que dans l’autre.

Comment alors expliquer cette situation sans tomber dans l’anti-trumpisme primaire dont adore d’ailleurs se délecter la presse bien-pensante et l’élite intellectuelle française ; étant entendu qu’ici il ne s’agit absolument pas de prendre parti pour D Trump ou pour J Biden.

J’ai entendu un commentateur « informé » sur la radio publique d’information permanente dire que le trumpisme et ses avatars étaient du populisme ; mais cela n’a rien à voir avec du populisme.

Le populisme, c’est la référence à un moment de l’histoire romaine (2ème siècle av JC) au cours de laquelle les Gracques (les frères Tiberius et Caius Gracchus), tribuns de la plèbe, tous deux morts de mort violente, ont voulu prendre le pouvoir au nom du peuple contre l’élite sénatoriale romaine.

Concernant D Trump, rien de tout cela. Il a été élu, il a fait son mandat, il a été battu aux dernières élections et il ne veut pas partir car il veut rester président ; et, pour cela, il n’a eu de cesse de manipuler la partie de l’électorat qui lui est favorable, que ce soit dans ses discours ou par le biais des réseaux sociaux.

Il n’agit donc pas en faveur du peuple mais manipule celui-ci dans le seul but de rester président …. Il utilise donc le peuple pour la seule valorisation de son ego. Tout le contraire du populisme !

Le problème est qu’il a réussi à convaincre une partie de son électorat qu’il y a bien eu complot et des fraudes massives et qu’elle a été volée du résultat des élections !

C’est évidemment du complotisme à l’état pur mais il ne faut pas oublier qu’il fait croire, depuis le début de son mandat, à un complot contre sa personne.

En fait, depuis le 04 novembre dernier, D Trump n’a cessé de parler de fraudes pour expliquer sa défaite bien que la justice n’ait reconnu aucun cas de fraude ; ce qui pose quand même quelques questions ; surtout que lors qu’on oppose à D Trump des vérités qui vont contre ses propres thèses, il biaise et oppose d’autres faits …

En fait, Donald Trump n’a eu de cesse de contester la légitimité de l’élection présidentielle et il a alimenté tous les fantasmes de sa base électorale contre son adversaire démocrate. Il porte donc évidemment une grande responsabilité dans les émeutes qui viennent de survenir.

Il a proclamé qu’il ne reconnaitrait jamais sa défaite même s’il promet désormais une transition apaisée, tout en refusant d’assister à la prestation de serment du nouveau président, mais il a fallu pour cela qu’il soit blacklisté par ses réseaux sociaux favoris Twitter et Facebook grâce auxquels il a depuis 2016 abreuvé ses fans de messages vengeurs !

Du fait de son comportement très excessif, il été aussi lâché par son propre camp et par plusieurs de ses ministres qui désapprouvent un comportement considéré pour le moins comme inapproprié, dans l’une des plus vieilles démocraties représentatives du monde.

La thèse du complot apparait néanmoins pour le moins assez peu crédible car aucune procédure en justice n’a pu aboutir à la démontrer, faute de preuve, dans un pays où pourtant la justice est autrement plus indépendante que dans un pays comme la France !

En outre, s’il y avait eu complot, il aurait été particulièrement énorme puisqu’il aurait fallu aussi la complicité des élus républicains eux-mêmes puisque, dans leur immense majorité, ils ont refusé de suivre D Trump sur ce terrain …

Mais, inévitablement, il y a toujours des gens pour croire à ce genre de thèse …

Seulement, aux USA on n’aime pas les dictateurs ou les apprentis dictateurs (d’ailleurs il n’y en eu aucun depuis 1776). Et les Etats-Unis ne sont ni la Chine ni la Russie où des autocrates peuvent se faire « élire » à vie !

Alors, lorsque la presse européenne s’enflamme avec des titres accrocheurs en parlant d’émeutes et de guerre, d’une démocratie américaine qui a vacillé,  il faut savoir que les institutions américaines n’ont jamais été en danger.

Bien entendu, il y en a toujours pour annoncer un futur putsch mais c’est mal connaître les USA que de croire que le président peut ainsi malmener les institutions.

D’ailleurs, Wall Street (bourse de New York) n’a pas tremblé ; signe qu’il n’y avait aucun risque.

Par contre, ce phénomène est évidemment inquiétant dans la mesure où il remet en cause le processus électoral et sème un doute quant à la légitimité du nouveau président.

Alors, D Trump a-t-il « pété un câble » ou y a-t-il autre chose ?

Il y a bien une explication mais elle est strictement psychiatrique et pour la comprendre il faut s’extraire de la relation purement factuelle de la situation américaine.

D Trump est atteint, de manière très visible, d’un trouble de la personnalité qui est expressément visé par le DSM IV, (diagnostic and statistical manual) manuel qui référence l’ensemble des troubles mentaux.

Ce trouble est dénommé trouble de la personnalité narcissique (TPN) et D Trump en est atteint à un niveau suffisamment élevé pour qu’il ne passe pas inaperçu ; ce qui permet même de dire qu’il est un hyper-narcissique !

Attention toutefois, à ne pas confondre cette pathologie avec le pervers narcissique qui porte sur un autre trouble de la personnalité qui est lui aussi décrit dans le DSM. Néanmoins, ils présentent tous deux des stéréotypes de comportement qui permettent de les caractériser assez facilement.

Ce trait de caractère trouve son origine dans la mythologie grecque ; Narcisse étant ce personnage qui s’admirait dans les reflets de l’eau et finit par en mourir.

Le narcissisme fait partie de la nature humaine mais l’hyper-narcissique, qui est aussi un egocentrique-narcissique, se caractérise par une exacerbation de ce sentiment et par une sur valorisation de soi-même et une dévalorisation des autres qui ne sont considérés par lui que comme des outils, des pions manipulables ou encore des faire-valoir.

Il se perçoit comme le centre du monde ; ce que l’on peut traduire par le fait qu’il ne se demande pas ce qu’il peut faire pour les autres mais exclusivement ce que les autres peuvent faire pour lui dans le cadre d’une relation purement utilitaire, unilatérale et sans contrepartie.

Ce schéma peut être poussé très loin car, dans l’esprit de ces personnes, il ne peut pas y avoir d’opposants politiques ou des gens qui ne sont pas d’accord, il n’y a que des traitres à leur personne !

Quand on a compris ce mode de « raisonnement », la psychologie du personnage s’éclaire au regard de ses actes et attitudes.

Se considérant comme étant le meilleur, il était donc objectivement impossible « dans son esprit » que D Trump puisse perdre les élections et s’il les a perdues c’est forcément qu’il y eu un complot et des fraudes dont il a été la victime. La victimisation est un comportement typique de l’égocentrique narcissique qui ne peut expliquer ses échecs que par une trahison à son égard !

Plus prosaïquement, D Trump a subi une immense frustration et une blessure narcissique qui lui est intolérable car il n’imaginait tout simplement pas que J Biden puisse gagner les élections puisque, à ses yeux, il est lui-même le meilleur et le seul à avoir le droit (à ses yeux) d’être président. En fait, D Trump s’est cru propriétaire de la Maison Blanche et il refuse la réalité d’une défaite aux élections. Il préfère se réfugier dans le déni.

Evidemment, D Trump se situe dans la contemplation narcissique de lui-même et dénie à tout opposant, quel qu’il soit, le droit d’être meilleur que lui ; parce que, sans même évoquer ou tenir compte de la personnalité de J Biden, D Trump se place exclusivement sur ce plan là !

Il n’y a donc aucun populisme dans cette attitude, bien au contraire, puisque D Trump n’a agi que dans le sens d’une valorisation de sa personne ; les électeurs n’étant perçus et utilisés que comme des moyens de parvenir à ses fins ! Ce n’est pas, comme j’ai pu le lire, le peuple contre l’establishment, c’est seulement la manipulation du peuple par D Trump dans le seul but de la valorisation de sa propre personne comme il n’a cessé de le faire pendant les quatre années de son mandat.

Car, très manipulateur et n’hésitant pas à mentir, D Trump a su pousser les choses très loin en provoquant des émeutes, lors d’un discours, pour, à n’en pas douter, justifier l’Etat d’urgence et garder ainsi le pouvoir par la suspension des institutions. Mais on sait qu’il n’a pas été suivi par les élus républicains car, bien évidemment, ils savent de quoi il retourne ; même si on n’en parle pas en public !

La conséquence de cet échec est qu’il préfère semer le chaos et « casser son jouet » (son poste de président), tel un enfant colérique, plutôt que de le laisser à d’autres car personne ne doit profiter de son œuvre et de ses jouets ! Fatalement, il est évidemment un mauvais perdant parce qu’il refuse de perdre pour la raison très simple que, dans son esprit, il n’y a que lui qui compte et qui est important ;  les autres ne comptent pas !

Et la preuve la plus éclatante est que D Trump n’a même pas appelé la famille ou rendu hommage au policier tué à la suite de l’assaut du capitole. Il n’a même pas exprimé de regret pour les cinq morts ; ce qui démontre un total manque d’empathie.

C’est, bien entendu, une vision délirante de la réalité mais il faut se souvenir que l’hyper narcissique ne perçoit pas la réalité de manière normale mais seulement par rapport à lui-même ; et comme D Trump  a vu qu’il ne pouvait pas s’opposer ni manipuler les électeurs du fait de son débranchement des réseaux sociaux qu’il a utilisés abondamment, il va bouder dans son coin en refusant d’assister à l’investiture de son successeur !

C’est évidemment totalement puéril … et c’est le vice-président, M Pence, qui se rendra à la cérémonie d’investiture.

Il faut comprendre que l’hyper narcissique a une relation particulière par rapport au monde dans la mesure où il se perçoit au centre du monde et ses attitudes peuvent être totalement irrationnelles parce qu’il réagit (son ego inconscient) aux évènements de manière intuitive et exacerbée ; sans aucune rationalité !

Donnez suffisamment de pouvoir à une telle personne et vous allez assister à des emprisonnements arbitraires voire même à des exécutions car, s’il n’y a personne pour mettre des limites à leurs fantasmes, ils finissent par voir des traitres partout !

On l’a compris, ces personnes vivent dans un monde binaire : ceux qui sont pour eux et les traitres ; ce qui fait d’ailleurs qu’ils ne supportent pas la contradiction, y compris dans le cadre d’une simple discussion, parce qu’ils ne peuvent pas accepter d’avoir tort. Et, en général, quand ils sentent que la situation leur échappe, ils deviennent très vite très agressifs, n’hésitant à pas à proférer des insultes (ce que D Trump n’a pas manqué de faire dans ses débats l’opposant aux autres candidats à l’élection de 2016).

Dernier point, ces personnes ne se perçoivent absolument pas comme ils sont ni même comme souffrant d’une pathologie psychique. Il est donc inutile de pointer du doigt leur comportement car, au mieux, ils se réfugient alors dans le déni et deviennent très agressifs, n’hésitant pas à se lancer dans des torrents d’imprécations dans le cadre d’une stratégie inconsciente d’auto protection.

La question que ne vont pas manquer de se poser certains va être : alors est-il fou ?

La psychiatrie ne répond pas aussi facilement ni aussi simplement à ce genre de question mais si on se place du point de vue de l’opinion ordinaire : Non il n’est pas fou c’est à dire qu’il reste conscient de ses actes.

Par contre, au-delà de sa personnalité qui ne concerne que lui-même et ses proches, son attitude et ses discours auront laissé dans une partie de la population ce sentiment qu’on leur a bien volé l’élection et c’est bien là le problème car on ne peut pas avoir un tel comportement à tel niveau de responsabilité sans que cela ait des incidences sur la population !

Car, il restera dans une partie de la population ce sentiment qu’on leur a bien volé l’élection et c’est le constat d’une Amérique profondément divisée qui s’impose et qu’a tenté d’exploiter D Trump, il faut bien le dire, de manière totalement irresponsable !

Alors, aujourd’hui la presse s’amuse à se faire peur mais une fois que D Trump sera sorti des cercles du pouvoir, il redeviendra un anonyme et il sera vite oublié mais il aura réussi à exacerber une fracture entre deux parties de la population qui en viennent à se détester avec d’une part les électeurs démocrates et d’autre part un électorat républicain marginal et extrémiste qui refuse finalement le jeu de la démocratie.

Au-delà de cette question psychiatrique, je pense que toute la classe politique américaine de Washington qui a côtoyé D Trump a compris tout le côté excessif et inquiétant du personnage. Autrement dit, ils savaient mais ils n’en ont rien dit !

Or, désormais les langues commencent à se délier et à avouer l’inavouable !

Cela peut expliquer aussi qu’ils aient essayé de le destituer pour un motif (intelligence avec une puissance étrangère : Russie) qui ne traduisait pas une réalité beaucoup plus inquiétante à savoir celle d’un président légitimement élu mais présentant des problèmes psychiatriques pouvant rendre la situation ingérable ou même mettre le pays en danger.

Désormais, il va falloir surtout plaindre les proches de D Trump parce qu’ils vont subir pendant longtemps ses imprécations et ses colères.

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à la condition de le reprendre en totalité, d’en citer l’auteur ainsi que le site originel de publication.

 

Selon le DSM IV, pour que l’on puisse affirmer qu’il est atteint d’un TPN, le patient doit présenter au moins cinq des symptômes suivants :

-le sujet a un sens grandiose de sa propre importance (par exemple, surestime ses réalisations et ses capacités, s’attend à être reconnu comme supérieur sans avoir accompli quelque chose en rapport) ;

-est absorbé par des fantasmes de succès illimité, de pouvoir, de splendeur, de beauté, de perfection, ou d’amour idéal ;

-pense être « spécial » et unique et ne pouvoir être admis ou compris que par des institutions ou des gens spéciaux et de haut niveau ;

-montre un besoin excessif d’être admiré ;

-pense que tout lui est dû : s’attend sans raison à bénéficier d’un traitement particulièrement favorable et à ce que ses désirs soient automatiquement satisfaits ;

-exploite l’autre dans les relations interpersonnelles : utilise autrui pour parvenir à ses propres fins (mensonges, chantages, violence verbale, etc.) ;

-fait preuve d’un manque d’empathie : n’est pas disposé à reconnaître ou à partager les sentiments et les besoins d’autrui ;

envie souvent les autres, et croit que les autres l’envient ;

-fait preuve d’attitudes et de comportements arrogants et hautains.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 3,38 sur 5)
Loading...

7 thoughts on “D Trump président atypique, énergumène ou malade mental ?

  1. Trump est sans aucun doute un peu fou-fou, colérique et excessif dans son comportement mais comme Donald Duck je le trouve plutôt honnête et sincère et en tout cas beaucoup plus que la moyenne des politicards. Que je sache il n’a pas déclenché de guerre, on ne peut pas en dire autant de son prédécesseur et prix Nobel de la paix Obama (d’ailleurs Nobel et sa dynamite pas un modèle de vertu celui-là) et il n’a pas non plus appuyé sur le bouton atomique (alors la mère Pelosi et sa procédure de destitution, quel ridicule). Je ne vois pas en quoi Donald Trump a pu nuire aux français, rien ne justifie donc l’hallali médiatique dont il est victime.

    J’ai en revanche une profonde détestation pour Obama qui a réussi à imposer la lex americana sur la planète entière au moyen de FATCA. Et quoi qu’en dise la presse, Obama s’est révélé être bien plus impérialiste et dangereux pour nos intérêts français et européens que Trump.

    Tout cela me fait penser à un autre que nos media aiment bien faire passer pour un butor, à savoir vous avez deviné : Bolsonaro. Mais en définitive Bolsonaro tout comme Trump n’ennuient pas leurs peuples avec le coronacircus. Alors si je devais choisir entre Bolsonaro et Macron et son confinement, son couvre-feu à 18 heures et la ruine économique qui va s’en suivre, le choix serait vite fait et sans état d’âme.

    Que dire des élections américaines ?

    Absolument lamentable de toute façon, aucune fiabilité dans le mode de scrutin : pas de normalisation style AFNOR, ISO, DIN ou autre du processus électoral, pas procédures de sécurité visant à limiter la fraude au minimum, en bref de l’amateurisme total, les gosses dans les écoles font mieux que ça en élisant leurs délégués de classe.

    Et de plus, deux candidats hors d’âge, en bref le duel des gérontocrates incontinents en couche culotte, les Etats-Unis sont tombés bien bas.

  2. Une réelle déception!
    J’ai lu et relu votre publication dense et écrite, comme toujours en « bon français »
    Une seule conclusion s’impose et je la regrette car j’ai toujours pris connaissance avec intérêt de vos articles: pour l’essentiel, ils sont cristallins et lucides sur l’état et les « causes du mal français »
    Alors, après 40 ans d’expériences professionnelles variées et toujours enrichissantes ( pas nécessairement au sens pécuniaire) sous les cieux du Moyen Orient de l’océan indien et du pacifique, je suis désolé de diagnostiquer un début de circonvolutions pariétales amidonnées quant à votre jugement sur Trump!

    1. Je savais que j’allais déclencher ce type de réaction.
      Vous avez mal lu l’article ou votre parti pris pro Trump vous aveugle
      J’ai écrit que je ne prenais parti ni pour l’un ni pour l’autre ce qui veut dire que je ne me place pas sur un plan politique.
      L’analyse psychologique n’a rien à voir avec la politique.
      Mon opinion concernant Trump n’a jamais varié.
      Reprenez les faits, étudiez le DSM et vous en tirerez les conclusions vous même si vous savez faire preuve d’un peu d’objectivité !

      1. Pas plus qu’on ne devient un grand plaideur à la lecture du Dalloz, on ne devient pas psychiatre à la lecture du DSM. Cet ouvrage est d’ailleurs soumis à caution notamment pour ses liens avec l’industrie pharmaceutique, (l’hyperactivité chez l’enfant et la Ritaline c’est quand même assez suspect). J’ajouterai qu’en France il y a beaucoup de fous (mot que les psychiatres récusent à juste titre car trop réducteur) en liberté vu le nombre de personnes qui consomment des psychotropes (nous sommes les champions du monde pour les hypnotiques, anxiolytiques et autres).

        1. Vous avez le droit de ne pas être d’accord …

          Simplement, je constate que vous adoptez l’attitude typique de la personne qui n’a pas d’argument sur le fond.

          Alors vous argumentez sur la forme et vous limitant au dénigrement :
          – l’auteur n’est pas compétent (mais vous ne connaissez pas mon parcours),
          – le livre de référence (DSM) est sujet à caution … alors qu’il est d’une utilisation constante dans le milieu psy !

          Vous avez oublié un troisième argument : j’ai été acheté par les démocrates !

          What else ?

  3. comme tous le monde se range vers le camp des vainqueurs

    vous oubliez que si la “coaine monaie” de la planche a billets n’avait pas alimenté les marchés le ponzi politico&mediatique mondial se serait effondré!!

    on pourrait plutot parler de la situation francaise .. et de manu-antoinette
    –>semaine cruciale….covid-révolution

    on va dresser un portrait rapide…différentes composantes de la guerre psychologique : propagande, désinformation et mesures actives

    juste avant l’assaut on coupe et brouille les communications de l’ennemie (on est juste dans les temps) 🙂

    se rapeller l’addage …Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *