Cherchons candidat au salut de la France !

Cherchons candidat au salut de la France !

Chacun en est persuadé : la société française sortira transformée de l’épidémie du Covid-19. Mais dans quel sens ? Plus de liberté ou plus de contrainte ? Régime autoritaire ou régime libéral ? Redressement de la nation ou chute aux abîmes ?

On aimerait des évidences. Il n’y en a pas. Une fois de plus, le sort du pays va se jouer sur l’action de quelques-uns.

Ceux qui s’intéressent à l’effondrement des sociétés humaines constatent que celui-ci est toujours précédé par leur aveuglement. On cite très souvent le comportement des habitants de Byzance se passionnant pour les courses de chars tandis que les Turcs étaient aux portes de la ville. Dans ses ouvrages, l’historien et ethnologue Jared Diamond étudie notamment le cas de l’île de Pâques où l’édification de statues géantes a dévasté les forêts, et celui de la civilisation maya où la folie du stuc pour décorer les maisons et la nécessité de chauffer le calcaire à cet effet ont eu raison de tout le bois environnant.

A chaque fois, les passions du peuple ont provoqué la disparition du peuple. Mais si l’on veut être lucide, on ne peut que constater que les passions du peuple ne sont en vérité que les passions des élites, qui entraînent le peuple à leur suite et qui s’appuient sur lui pour justifier leurs folies. Le peuple ne choisit que très rarement son destin, sauf quand il se révolte avec succès.

L’effondrement français a une cause unique : la Sécurité sociale. Car c’est le changement des mentalités qu’elle a induit qui a causé la défaillance du système national de valeurs, grâce auquel la nation se tenait droit depuis des siècles. A commencer par le travail, qui est devenu un ennemi du système économique en raison de l’alourdissement de son coût par les charges sociales. Comment voulez-vous ne pas provoquer l’effondrement d’une économie si vous traquez partout l’emploi ?

C’est ainsi qu’on a vu partout, au fil des ans, diminuer puis disparaître l’emploi privé tandis que croissait celui des fonctionnaires, pour lesquels n’existe aucune condition de rentabilité. A l’hôpital, aujourd’hui sur la sellette, il y a 35 % de fonctionnaires et quand il s’agit de l’acquisition d’un nouvel équipement, la réunion décisive comporte dix administratifs pour deux médecins !

De même l’insuffisance des salaires privés, amputés des charges sociales, a conduit vers les crèches des bambins marchant à peine, tandis que leur maman devait travailler immédiatement après l’accouchement pour maintenir les ressources du ménage. J’ai entendu le ministre de la Santé, Olivier Véran, déclarer qu’un enfant de deux ans était mieux à la crèche que chez ses parents. J’ai toujours pensé le contraire et je n’ai aucune leçon à recevoir d’un ministre qui a quitté sa femme et ses deux jeunes enfants pour une députée de la République en marche. Je n’aurais jamais cité sa vie privée s’il ne s’était permis de critiquer, fût-ce indirectement, la mienne.

L’économie de la France et les valeurs du pays sont donc détruites. De deux choses l’une : ou bien, l’épidémie terminée, la nation s’attellera à rebâtir l’économie en s’appuyant sur le goût du travail et de l’épargne, qui n’ont pas complètement disparu de l’âme des Français, ou bien le pouvoir tentera à toute force de se maintenir en place et reprendra sa course folle aux prélèvements et aux impôts jusqu’à l’apocalypse finale.

Tout dépendra de ce que les citoyens les plus éclairés feront. Personnellement, je les appelle à un non franc et massif au pouvoir en place et à la désignation rapide d’un chef qui mènera l’offensive du renouveau. Je n’ai pas de nom à proposer. Mais aucun de ceux qui circulent ne me paraît être apte à cette haute mission.

Faisons preuve de réalisme. Le gouvernement de la France exige une certaine expérience politique. Il exige aussi que l’intéressé se soit comporté dignement pendant l’épidémie et ait fait montre de sang-froid. Il exige enfin que son ascendance lui permettre de se référer à l’esprit de résistance plutôt qu’à celui de collaboration. Voilà des pistes. Cherchons un nom !

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 thoughts on “Cherchons candidat au salut de la France !

  1. Un candidat potable devra le premier jour supprimer le statut de fonctionnaire, puis diviser par quatre les impôts et les dépenses publiques et faire donner aux travailleurs l’intégralité de leur salaire. Il faudra aussi supprimer toutes les subventions aux partis, associations et syndicats.

    Ce candidat devra faire comme Margaret Thatcher : ne jamais revenir en arrière à chaque décision.

  2. dit 3x ca devient candidose
    et comme c’est une infection fongique causée par crevures du genre Candida.

    moi je dirait que tel le champignon qui pourri par la queue , l’etat est pourri par ses fonctionnaires qui a la racine du mal attaquent ce qui est sain.
    seule soltution –> un abbatage massif , replantage de nouvelles graines (mais pas celle marquees ENA :SCIENPO. POLY ) et on attends gentiment et patiemment que ca pousse … de nouveaux fruits…pas trop vert de préferences …et pas trop mures sinon elles seront vereuses
    https://www.youtube.com/watch?v=N1VASpNwqO8

    mais ca c’est dans le gentil monde de babar avec des bisounours 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *